Dubaï Port : Un versement suspect de 35 millions de dollars

11,5 millions de documents secrets, 140 responsables politiques issus de 50 pays liés à des sociétés offshore dans les paradis fiscaux, des chefs d’Etat, hommes d’affaires, banques, impliqués. Assurément l’affaire « Panama papers », du nom des documents ayant fuité du cabinet Mossack Fonseca, spécialisé dans la gestion de fonds et la création de sociétés offshore, est un scandale mondial. Le cabinet a pu ainsi « gérer » sur la base de mandats, le fonds de personnalités du monde entier qui préféraient garder l’anonymat à cause, sans doute de l’origine illicite de leur biens.



Au Sénégal, l’affaire fruit d’une enquête menée par Le Monde et une centaine de journaux partenaires, risque de faiore des vagues. Papa Mamadou Pouye, ami d’enfance de Karim Wade, a été lié à trois sociétés offshore montées par le cabinet Mossack Fonseca. Dans une lettre en bdate du 2 août 2012, Mamadou Pouye donnait mandat, au nom de Latvae Group Inc qu’il contrôle, au cabinet Mossack Fonsca, afin de lui gérer ses actifs, ni vu, ni connu. Quatre ans au paravant, en octobre 2008, il avait déjà sollicité le même service, cette fois-ci, pour une autre entité, Seabury Inc, société de droit panaméen.
 
Il se trouve que ces structures ont vraisemblablement servies à cacher des fonds issu de pratique peu orthodoxes. En effet, Seabrury Inc et Latvea ont signé avec Dubaï Port World, des contrats s’élevant à 35 millions de dollars pour des « services de conseils ».

Selon « Libération », la Commission d’instruction  de la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CI-CREI) avant identifié ces trois sociétés mais elle peinait à avoir plus d’informations à cause du manque de coopération des autorités panaméenne.

La CI-CREI avait identifié un compte ouvert à Monaco au nom de Regory Invest où était logé la somme de 2.332.195,15 euros. « Personne n’était au courant de ces contrats », confie une source haut placée du Port. Presque tous les corps de contrôle du Sénégal avaient mis en cause le contrat de Dubaï Port Word  qui a dû, à la suite d’un tyravail remarquable  de la Section de recherche, verser un reliquat de 24 milliards de F CFA au trésor. Du coup, la CREI qui l’avait placé sous administration provisoire, avait arrêté toutes les poursuites entreprises contre Dubaï port qui avaient bénéficié de faveurs indues de la part de l’ancien régime.  


Mardi 5 Avril 2016 - 09:49




1.Posté par Leuk le 05/04/2016 14:37
Tout ce baratin pour dire quoi ? Karim Wade a caché de l'argent ça et là!
Le Peuple Sénégalais et l'opinion internationale attendent toujours que l'on mette sur la table au moins 1 milliard de cfa.
Quand vous traquer l'ancien ministre dit du ciel et de la terre, l'on doit être en mesure d'attraper au moins une petite étoile.

2.Posté par Dubai le 06/04/2016 15:35
C'est triste pour le peuple africain en effet, ces terres si riches mais avec des dirigeants peu scrupuleux. Ceci etant, je trouve que beaucoup de senegalais et autres africains reussissent à Dubai, mise à part les trafics de certains de leur dirigeants., par exemple ces africains: http://www.dubaimmobilier.com/immobilier-les-investisseurs-africains-a-dubai/ ou ces africains qui revent de Dubai: http://www.dubaimmobilier.com/ces-africains-qui-revent-de-dubai/ L'afrique ne se limite pas qu'aux escrocs, il y a des gens qui travaillent et reussissent heureusement.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter