Ebauche d'un nouveau cadre juridique pour les radios communautaires

Les radios communautaires et associatives initient la réflexion pour l’amélioration de leur cadre juridique. Après la fermeture de radios communautaires lors de la campagne électorale pour les élections locales du 22 mars par le Conseil National de Régulation de l’Audiovisuel (CNRA), une série d’ateliers et de rencontres est organisée pour avancer sur la question. Elles cherchent, par ailleurs, à assainir leur secteur par un recensement de toutes les radios communautaires.



Ebauche d'un nouveau cadre juridique pour les radios communautaires
Un atelier de restitution du projet du cahier des charges des Radios communautaires s’est ouvert ce mardi 23 juin 2009 au bureau de la Fondation Friedrich Ebert Sénégal. L’objectif de cet atelier de deux jours est de faire valider le projet de cahier de charges des radios communautaires en vue de sa transmission au ministère de l’information et de la communication. Cette rencontre permet aux responsables de ces radios de procéder à l’identification des radios communautaire fonctionnelles sur l’ensemble du territoire (sur présentation d’un document d’assignation de fréquence), de vulgariser le texte de la charte des radios communautaires en vue de la répartition des radios dans les différentes catégories de membres. Cette activité cherche, en outre, à procéder à la révision des textes statutaires de l’URAC en vue de l’organisation de l’assemblée Générale Ordinaire de l’Union.

Selon le secrétaire général de l’Union des Radios Associatives et Communautaires(URAC), le cahier des charges qui régisse les radios communautaires dans son article 18, donne la légitimité de diffuser de la politique pour des ordres de proximité et aussi du fait qu’elle soit indépendante de tout courant politique.

De l’avis du directeur général de Ndef Leng FM, «on ne peut pas interdire aux radios communautaires de diffuser de la publicité car elles ne disposent pas de ressources nécessaire et ne bénéficient pas de l’aide à la presse», soutient Babacar Diouf.

Le secrétaire générale de l’Union des Radios Associatives et Communautaires estime «qu’il y a un travail d’assainissement à faire au niveau des Radios Communautaires parce que beaucoup de radios émettent sans autorisation ou se déclarent radio communautaire en exerçant des activités comme les radios simples».

Ndèye Maty Diagne

Mardi 23 Juin 2009 - 23:22



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter