Ebola-Eva Marie Coll Seck n'est plus sereine: « C’est une épidémie qui ne va peut être pas épargner le Sénégal »

C’est le branle bas de combat contre l’Ebola sous nos cieux. Avec déjà un bilan de 933 morts sur 1711 cas selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) paru le 7 août dernier ; organisation qui appelle par ailleurs à une « réponse internationale coordonnée, le Sénégal bien qu’enregistrant zéro cas de la fièvre hémorragique pour le moment, n’affiche plus la sérénité. « C’est une épidémie qui ne va peut être pas nous épargner », lance Eva Marie Coll Seck qui ne manque pas de mettre la blouse blanche. L’Etat d’urgence est de mise dans le Sud du pays. Mieux, à Kédougou, des unités d’isolement des cas suspects à l’Ebola sont fin prêtes.



Jusque-là ses sorties commençaient par exemple comme tel: « Le Sénégal est un pays où nous n’avons pas eu de cas confirmés» mais des « mesures ont été prises depuis que l’épidémie sévit en Guinée a mois de mars ». Toutefois la donne semble avoir changé, la tutelle se prépare-t-elle au pire ? Dans tous les cas, Eva Marie Coll Seck n’exclut plus de voir la fièvre atteindre le Sénégal. « C’est une épidémie qui peut être ne va pas nous épargner », dit le ministre de la Santé et de l’Action sociale qui invite par contre, les Sénégalais à garder leur sang-froid et à faire preuve de beaucoup de sérénité. Surtout, ne pas oublier de se laver régulièrement les mains avec de l’eau de javel et du savon et éviter d’être en contact avec certains malades à signes révélateurs.


Eva Marie Coll Seck d’annoncer par ailleurs la réception d’équipements de protection avec la sécurité aéroportuaire qui est toujours de mise. Au moment où l’état d’urgence va crescendo partout dans le Sud du pays notamment. A Kédougou par  exemple où se rencontrent plusieurs nationalités en raison de la zone aurifère, la région médicale a réactivé son programme de surveillance épidémiologique transfrontalier, à côté d’un autre programme semestriel de veille de la fièvre (juillet à décembre 2014). Ce, en plus de la mise en branle de la réglementation sanitaire internationale édictée par l’OMS, à savoir un dispositif au niveau des régions des frontières avec la Guinée et le Mali. Sans compter l’appui de la police frontalière et de la Croix rouge internationale qui sont à pied d’œuvre notamment à Fongolimbi, Ségou, Oubadji, Moussala,…pour le moment.
 

Dans cette même région de Kédougou, des unités d’isolement des cas suspects de la fièvre hémorragique Ebola ont été identifiées dans trois (3) districts et le personnel sanitaire a, même été formé. La zone peut rester indemne par rapport au virus, décrète par ailleurs le médecin-chef de la région, Dr Habib Ndiaye.
Selon « Le Quotidien », l’alerte est aussi de mise à Vélingara et Diaobé où les autorités sont aussi en alerte maximale avec le dispositif qui a été renforcé et intégré pour faire face au virus à Kalifourou, Dialadiang où transitent la plupart des Guinéens. Aujourd’hui, 125 relais ont été formés dans la zone. 


Samedi 9 Août 2014 - 11:36



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter