Ebola-Porosité des frontières: l'Etat devant le fait accompli



Ebola-Porosité des frontières: l'Etat devant le fait accompli
Le ministre de l'Intérieur Abdoulaye Daouda Diallo a annoncé, hier lors de sa visite à la frontière avec la Guinée, l'installation prochaine à Boundou Fourdhou d'un poste de contrôle avancé et d'un poste de santé mobile. Ces dispositifs devront aider à dépister les éventuels cas suspects d'Ebola qui arriveraient à se retrouver dans cette zone.

Ce poste sera contrôlé par la police et il va mettre en contribution les autres forces de sécurité que sont la gendarmerie, la douane, l'armée et les eaux-et-forêts. Selon le ministre, ces corps ont déjà commencé à faire des patrouilles en commun le long de la frontière. Mais, il reconnait que ce sera une tâche particulièrement difficile compte tenu du fait qu'il n'y a qu'un poste commun aux deux pays et qui est en chantier.

Il se trouve aussi que certaines personnes parviennent à entrer dans le pays en empruntant des voies de contournement à travers la forêt et les petits sentiers. Selon les responsables trouvés sur place, auparavant, ils faisaient le trajet, moyennant 15.000 francs CFA payés aux conducteurs de motos "Jakarta". Amadou Makhtar Cissé, préfet de Vélingara précise néanmoins que ces derniers ont arrêté après avoir été sensibilisés par les autorités sur les risques qu'ils encourent.

Selon l'Aps, les villages de Samaye, Akane, Tounguia et Wadiyatoulaye sont cités comme étant parmi les plus importants points de passage où il serait important de mettre des cantonnements.


Vendredi 5 Septembre 2014 - 11:36



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter