Ebola : Pourquoi le Sénégal ne fermera pas ses frontières ? Selon le Directeur de la prévention



Ebola : Pourquoi le Sénégal ne fermera pas ses frontières ? Selon le Directeur de la prévention
Mamadou Ndiaye s’explique sur la décision du gouvernement de Mahammed Dionne rendue compte pas plus tard que ce matin par le ministre de la Santé, Eva Marie Coll Seck de ne pas fermer les frontières. Ce, malgré la progression du virus Ebola dans la sous-région. Selon le Directeur de la Prévention : « Le Sénégal est en train d’exécuter son plan de riposte par rapport à la maladie et dans ce plan d’action, les lignes prioritaires constituent la formation, la sensibilisation, la collaboration multisectorielle et bien sûr un plan de communication de proximité. En plus du renforcement du contrôle sanitaire aux frontières.  Mais non la fermeture des frontières » qui, souligne le Directeur de la prévention, « ne constitue pas un point clé dans le plan de riposte face à l’épidémie ».
 

« Un renforcement du contrôle sanitaire aux frontières plutôt que la fermeture », telle est la position actuelle du Sénégal contre l’Ebola. Ce, d’autant plus qu’explique Mamadou Ndiaye, « le Sénégal a eu déjà à fermer ses frontières au début ». Alors, « c’était une manière de mailler l’ensemble des structures de santé et de se préparer au renforcement des capacités à la mise en place des équipements, à lancer le plan de communication, … ».


A travers cette action, l’urgence, c’était qu’ «il fallait en ce moment essayer de fermer pour savoir ce qu’il en est exactement mais présentement, comme on l’a constaté suite à ce qu’on vit par rapport à l’épidémiologie de la maladie, sa progression, nous avons constaté que ce n’est pas la fermeture qui constitue une priorité. C’est plutôt les autres axes du plan de communication. Parce que la fermeture donne une fausse sécurité aux populations » avec des « agents de santé qui vont baisser la garde comme quoi, on a fermé ».

 
Ce, «alors que si on garde les frontières, il y a des points informels qui vont se développer, les gens peuvent mêmes passer par d’autres pays, on attendait un cas du côté de la région Sud mais c’est au Nord notamment au niveau de Matam qu’on a suspecté un cas ». Toutefois, la fermeture des frontières n’est pas exclue mais pour l’heure, « le Sénégal est en train de suivre un plan qui a été élaboré de manière multisectorielle » à travers « le renforcement des lignes directrices ».  


Lundi 11 Août 2014 - 15:20



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter