Ebola: la présidente du Liberia aux USA

Le chef de l'Etat libérien a rendu hommage aux Américains pour leur aide dans la lutte contre l'épidémie Ebola.



L'ambassadrice américaine auprès des Nations Unies Samantha Power saluant la présidente libérienne Ellen Johnson Sirleaf en octobre 2014.
L'ambassadrice américaine auprès des Nations Unies Samantha Power saluant la présidente libérienne Ellen Johnson Sirleaf en octobre 2014.

Ellen Johnson Sirleaf qui est en visite à Washington s'est exprimée devant le sénat américain dans ce sens.

Dans son discours devant les sénateurs américains, Ellen Johnson Sirleaf a déclaré que les Etats Unis ont répondu présent et ne sont pas détournés de son pays, exprimant sa "profonde gratitude" ainsi que celle de la Guinée et de la Sierra Leone, les trois pays de l'Afrique de l'Ouest les plus touchés par l'épidémie de fièvre hémorragique.

Le Liberia, qui totalise officiellement le plus grand nombre de morts (plus de 4.000 sur près de 10.000), est le plus proche de la fin de l'épidémie, grâce notamment à l'aide américaine.

Cet hommage intervient le jour où les États-Unis ont mis un terme à leur opération militaire pour combattre l'épidémie d'Ebola au Liberia, lors d'une cérémonie militaire à Monrovia.

La 101e division aéroportée a de manière symbolique baissé ses couleurs lors de cette cérémonie qui marque la fin de la mission entamée en septembre.

Le général Gary Volesky, chef de l'opération militaire américaine a notamment déclaré que l'importance des progrès constatés aujourd'hui signifie plus qu'une diminution du nombre de cas confirmés ou suspects d'Ebola. Selon lui, ces progrès se voient aussi à travers la capacité des Libériens à reprendre une vie normale.

Washington a accordé 2,5 milliards de dollars au Liberia et envoyé 2.800 militaires américains, le plus important contingent envoyé par les États-Unis en Afrique de l'Ouest, pour lutter contre Ebola. Cette aide visait à construire des centres de traitement, former du personnel et apporter un soutien logistique aux agences d'aide internationale.

Moins d'une centaine de militaires devraient rester sur place d'ici fin avril. La fin de la mission intervient aussi après la réouverture des écoles le 16 février dernier, suivie de la levée du couvre-feu et de la réouverture des frontières du Liberia en raison de la décrue de l'épidémie d'Ebola.


BBC Afrique

Vendredi 27 Février 2015 - 08:50



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter