Ebola trahit la mobilisation des participants au Forum social africain



Ebola trahit la mobilisation des participants au Forum social africain
La peur de l'épidémie de fièvre Ebola sévissant dans certains pays d'Afrique de l'Ouest explique ''la faible mobilisation'' notée lors du Forum social africain (FSA) du 15 au 19 octobre à Dakar, a indiqué Alexandre Seron, responsable régional de la campagne ‘’Cultivons ‘’ de l’ONG Oxfam.

‘’Nous attendions un peu plus d’amis, plus de partenaires de l’Afrique de l’Ouest, mais Ebola a fait que pas mal de gens ont hésité à voyager. Certains partenaires européens ont malheureusement décommandé au dernier moment’’, a reconnu M. Seron, dans un entretien avec l'APS.

‘’Nous avons été un peu victimes du danger ou de la paranoïa d’Ebola’’, a-t-il assuré, en marge du FSA qui prend fin dimanche.

‘’Je ne sais pas où les organisateurs avaient situé leur pari de la mobilisation. Mais pour avoir suivi la préparation, l’ambition par rapport à la mobilisation devait être revue à la baisse’’, a souligné le responsable d’Oxfam.

‘’Pour être honnête, la participation aurait pu être plus importante, s’il n’y avait cette menace Ebola’’, a-t-il affirmé.

‘’Les crises en Afrique : quelles contributions peuvent apporter les mouvements sociaux pour instaurer une paix durable sur le continent africain et dans le monde?’’ est le thème général autour duquel les participants ont réfléchi durant ces derniers quatre jours.

‘’Par rapport à ce que les amis et les partenaires ont pu me dire, ils sont contents et satisfaits de la façon dont le forum a pu se tenir, surtout que le contexte n’était pas simple’’, a-t-il reconnu, minimisant ainsi l’impact de la maladie qui sévit de façon épidémique dans certains pays de l’Afrique de l’ouest.

‘’De façon globale, cela s’est bien passé. Ce n’était pas simple de réussir cette mobilisation, que cela soit pour des raisons organisationnelles, financières ou sanitaires (…) ’’, a-t-il conclu.

L'épidémie de fièvre hémorragie à virus Ebola sévit depuis mars dernier en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone. Elle déjà fait plus de 4.000 morts, selon le dernier décompte publié, lundi dernier, par l'OMS.


avec Aps

Dimanche 19 Octobre 2014 - 09:41



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter