Ebola: un hôpital au Liberia pour soigner le personnel de santé

La réponse américaine face à la fièvre Ebola veut monter en puissance au Liberia, pays le plus touché par l'épidémie. Des objectifs chiffrés ont été avancés, mais il faudra du temps pour atteindre ces objectifs.



Elwa 3 à Monrovia au Liberia, le plus grand centre de traitement au monde pour les malades d'Ebola. RFI / Sébastien Németh
Elwa 3 à Monrovia au Liberia, le plus grand centre de traitement au monde pour les malades d'Ebola. RFI / Sébastien Németh

C'est au Liberia que le président américain Barack Obama avait annoncé qu'il enverrait le plus de moyens. 3 000 hommes à terme, voire 4 000 selon l'évolution de l'épidémie.
Sept laboratoires d'analyses pour tester le sang des patients suspects doivent être construits. Seulement, deux sont en état de fonctionnement au jour d'aujourd'hui.

Dix-sept centres de traitement pour les malades doivent être érigés. Trois sont en chantier, dont un situé près de l'aéroport international de Monrovia. Il est destiné à prendre en charge uniquement les personnels de santé libériens et internationaux touchés par Ebola. Il devrait ouvrir ses portes dans les prochains jours, selon l'amiral Scott Giberson, responsable adjoint des opérations médicales de l'armée américaine au Liberia.

Un campus médicalisé

« Notre projet ne consiste pas seulement à construire un bâtiment, explique M. Giberson, mais c'est comme construire tout un campus ou une petite ville. Le projet comprend beaucoup plus d'éléments qu'un unique édifice médical. Il faut bâtir toute une série d'infrastructures, des systèmes de protection, de sécurité, de plomberie, d'électricité et d'évacuation. Il faudra au moins un ou deux mois pour construire un lieu de cette envergure. »

Parallèlement, il a fallu aussi expliquer aux gens la raison d'être d'une telle structure. « Beaucoup de gens nous ont demandé, se souvient Scott Giberson, pourquoi vous ne construisez pas un autre centre de traitement pour les civils. Je leur réponds qu'un site pour le personnel de santé pourra multiplier la force de travail. Il y aura plus de gens disponibles pour s'occuper des malades. »

« Inciter davantage les professionnels de santé »

Le responsable américain ajoute : « Si on parvient à fournir aux médecins, aux infirmiers, un environnement sûr, où ils savent qu'ils seront bien pris en charge, selon les critères internationaux les plus rigoureux, avec un niveau de performance très élevé, nous pensons que cela incitera davantage les professionnels de santé à venir pour combattre cette épidémie. »

Quant à la question de savoir ce que deviendra cette structure lorsque l'épidémie Ebola sera vaincue, M. Giberson répond : « Notre mission est de l'ouvrir pendant six mois. Nous allons voir comment cela fonctionne ensuite. Il se pourrait qu'on le transmette à d'autres organisations. »


Rfi.fr

Samedi 25 Octobre 2014 - 01:35



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter