Ebola: un plan de prévention activé dans le Nord-Kivu

Les autorités provinciales du Nord-Kivu, en RDC, ont mis en place un plan de prévention contre le virus Ebola cette semaine. La décision a été prise lorsqu’un cas suspect avait été identifié au Rwanda, dimanche 10 août. Aucun cas suspect ou probable n'a été identifié dans le pays, insiste MSF, qui a participé à la mise en place de ce plan préventif.



Il ne s'agit que de mesures de prévention, un renforcement des contrôles aux frontières terrestres et dans l'aéroport international de Goma, en particulier des personnes en provenance de pays touchés par le virus. Une campagne de sensibilisation a également été lancée. L'alerte a été le cas suspect au Rwanda Si le gouvernement congolais avait annoncé la mise en place de mesures au niveau national dès le mois d'avril dernier, le gouvernement provincial du Nord-Kivu a activé ce plan renforcé de prévention contre le virus Ebola en fin de semaine. « Le signe d’alarme, c’est quand on a parlé du cas suspect au Rwanda. Kigali, la capitale du Rwanda, est à trois heures de route de la ville de Goma. Donc, si Kigali est touché, Goma est menacé », précise Pascal Kyalumba, adjoint du coordinateur médical de Médecins sans frontière à Goma, au micro de RFI. Après analyses, le cas suspect identifié le dimanche 10 août à Kigali s’est révélé être une fausse alerte. Et le coordinateur de MSF insiste : « Il n’y a aucun cas ni suspect, ni probable qui a été notifié jusque-là. » Matériels prépositionnés Le risque reste cependant réel, d’autant plus que la RDC a déjà connu la maladie. C’est dans l’ancien Zaïre que le virus a été identifié pour la première fois, en 1976. Il y a sévi ensuite à cinq reprises. Et pour se préparer en cas de propagation, « il faut commencer à parler de la maladie au sein même de la population », insiste Pascal Kyalumba. MSF a également en stock des kits de protection, des kits d’isolement et des kits d’investigation prêts à être déployés à la moindre alerte. « MSF a mis à la disposition du ministère de la Santé deux ambulances à la ville de Goma et à Rutshuru au cas où il y aurait un cas suspect, soit au niveau de l’aéroport, soit à l’intérieur même du pays, car il est possible, aussi, que cela vienne de l’intérieur », précise le coordinateur adjoint de MSF à Goma. Selon le dernier bilan dressé par l’Organisation mondiale de la santé, l’épidémie d’Ebola a fait 1 145 morts ces cinq derniers mois. Les pays les touchés sont la Guinée (380 personnes tuées par le virus), le Liberia (413 morts), la Sierre Leone (348 morts) et le Nigeria (4 morts). Mais l’OMS a prévenu que ce bilan est largement sous-évalué. « Le nombre de cas rapportés et le nombre de morts ne reflètent pas l'ampleur de l'épidémie », affirme l’OMS dans un communiqué publié jeudi 14 août. ■ Rappel des règles à respecter face à Ebola Pascal Kyalumba rappelle également les règles à respecter pour prévenir la propagation du virus : • Ce qu’il faut faire : « Toujours se laver les mains avec le savon, toujours bien cuire la nourriture. Aller au centre de santé quand on est atteint de diarrhées, maux de tête, fièvre, de douleurs, de vomissements, d’éruption cutanée et des yeux rouges. En cas de symptômes, informer la famille et les amis au sujet du virus Ebola. En parler. Et pour tout renseignement sur Ebola, contacter le centre de santé le plus proche. » • Ce qu'il ne faut pas faire: « Il ne faut pas toucher les personnes qui présentent des signes de la maladie Ebola ou qui en sont mortes. Ne pas toucher le linge, les draps, la couverture, des personnes mortes d’Ebola. Ne pas toucher les vomissures, la salive, les urines, le sang, les selles des personnes montrant des symptômes d’Ebola. Ne pas jouer avec les chauves-souris, les babouins, les singes, car ils peuvent être porteurs du virus. Ne pas manger les fruits tombés des arbres. Ne pas manger la viande de brousse, car ils peuvent être contaminés par le virus d’Ebola. » Source : Rfi.fr


Samedi 16 Août 2014 - 12:47



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter