Ecarté du Pds, Fada réhabilité par les jeunes réformateurs

L’exclusion de Modou Diagne Fada du Pds n’est pas valable. C’est ce que soutiennent les jeunes regroupées au sein de la fédération des jeunes réformateurs du Pds (Fjr/Pds) et la fédération des élèves et étudiants réformateurs (Feer/Pds), qui, à travers une déclaration, ont aussi tiré à boulets rouges sur Aïda Mbodj.



Ecarté du Pds, Fada réhabilité par les jeunes réformateurs
Pour qu’il y ait exclusion, il faut que les normes et règlements qui régissent le parti soient respectés. Or ce n’est pas le cas dans l’exclusion de Modou Diagne Fada du Parti démocratique sénégalais (Pds). C’est l’avis des membres de la Fédération des jeunes réformateurs du Pds (Fjr/Pds) et ceux de la Fédération des élèves et étudiants réformateurs du Pds (Feer/Pds).
 
Selon ces jeunes qui se sont prononcés à travers une déclaration parvenue à notre rédaction : «Un parti politique n’est pas un patrimoine personnel, mais une association de droit privé, soumise au régime du code des obligations civiles et commerciales. L’adhésion ou l’exclusion d’un membre obéit à des procédures définies dans les statuts et règlements intérieurs du parti qui, à leur tour, doivent se conformer aux lois et règlements en vigueur dans ce pays. Par conséquent, une instance inexistante et méconnue des statuts du parti ne peut prononcer une sentence pour l’exclure.  Un organe qui s’appelle secrétariat national élargi au Comité directeur est méconnu de nos instances ce qui implique que cette prétendue exclusion est nulle et de nul effet»

Au vu de ces argument, la Ferr/Pds et la Fjr/Pds lancent un appel à leur leader : «Nous demandons à notre leader de se considérer plus que jamais comme un  militant du Pds et de continuer à exiger l’organisation de renouvellements dans les instances du parti».

Ces jeunes de ces deux fédérations s’en sont aussi pris à Aïda Mbodj, qui, à leurs yeux, bénéficient de faveurs de la part des dirigeants du Pds : «dans un passé encore très récent, lors de la tenue de notre bureau politique transformé en congrès et qui a investi notre frère Karim Wade comme candidat du parti, Aïda Mbodj, en dépit de son absence, a, le lendemain, organisé une conférence de presse pour fustiger la démarche du frère secrétaire général national du parti. Elle disait que la candidature de Karim Wade ne l’engageait pas parce qu’elle était inopportune. Pourquoi elle n’est pas exclue ? La logique conçoit mal qu’un militant de souche soit éjecté, au profit d’un transhumant qui, n’eut été le véto du régime, serait aujourd’hui coloré en marron beige», ont-ils fustigé.
 

Ousmane Demba Kane

Lundi 26 Octobre 2015 - 08:08



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter