Échange de coups de feu à la frontière entre la Corée du Nord et la Corée du Sud

Des soldats sud-coréens ont répliqué à des coups de feu tirés par des militaires nord-coréens, ce vendredi, à proximité de la zone démilitarisée située à la frontière entre les deux pays. L'accrochage n'aurait pas fait de blessés.



Échange de coups de feu à la frontière entre la Corée du Nord et la Corée du Sud
Des soldats de Corée du Nord ont ouvert le feu vendredi en direction de la Corée du Sud, à un poste militaire près de la frontière qui sépare les deux pays, a indiqué un porte-parole de l'armée sud-coréenne.

Les tirs se sont produits près de la zone démilitarisée entre les deux pays, en fin d'après-midi (08H26 GMT), a indiqué un porte-parole de l'Etat major sud-coréen.

Les soldats nord-coréens ont tiré deux balles à un poste frontalier et les soldats sud-coréens ont immédiatement répliqué, a-t-il ajouté. Ces tirs n'ont pas fait de blessé côté sud-coréen, a précisé le porte-parole.

"Il n'y a plus eu de tirs ensuite et nous surveillons leurs mouvements avec attention", a-t-il déclaré.

Selon la télévision sud-coréenne YTN TV, les coups de feu se sont produits à Hwacheon, à environ 90 km au nord-est de Séoul.

Des échanges de tirs se produisent parfois près de la frontière imposante qui sépare les deux parties de la péninsule coréenne. Mais ces derniers coups de feu interviennent à un moment sensible pour la Corée du Sud, qui s'apprête à accueillir sur son sol plusieurs chefs d'Etat pour le sommet du G20, les 10 et 11 novembre.

Les relations entre le Nord et le Sud sont tendues depuis mars dernier et le torpillage d'une corvette sud-coréenne, attribué par une enquête internationale à Pyongyang. La Corée du Nord nie être à l'origine de ce torpillage, qui a causé la mort de 46 marins sud-coréens.

Un peu plus tôt vendredi, Pyongyang avait prévenu que les relations entre les deux pays pourraient souffrir d'"un impact catastrophique" si Séoul continuait de refuser des négociations militaires afin d'apaiser les tensions.

Ces négociations, qui avaient repris après deux ans d'arrêt, ont à nouveau été interrompues en septembre, après que Séoul eut demandé des excuses au Nord pour le torpillage de la corvette. Pyongyang avait refusé.

La proposition de la Corée du Nord de reprendre ces négociations, fin octobre, avait été rejetée par Séoul.

Le refus du dialogue "signifie précisemment la confrontation et la guerre", avait indiqué vendredi matin l'armée nord-coréenne dans un communiqué, ajoutant qu'elle n'était plus intéressée "par le dialogue et le contact".

France24.com

Samedi 30 Octobre 2010 - 13:04



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter