Economie du Sénégal : Toujours sous la menace du baril de pétrole et des cours des matières premières alimentaires de base

Comme l’avait rappelé le ministre de l’Economie et des finances lors de la revue annuelle du document de politique économique et social du Sénégal, « l'économie sénégalaise a été confrontée à un environnement extérieur morose, marqué notamment par la persistance des difficultés dans la zone euro et la crise socio-politique dans la sous-région ». Cette situation est soulignée à nouveau par le mémorandum de politiques économiques et financières soumis aux Administrateurs du FMI dans le cadre de la quatrième revue du programme triennal au titre de l’Instrument de soutien à la politique économique (ISPE) conclu avec le Sénégal sur la période 2010-2013, revue achevée par le Conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI).



Economie du Sénégal : Toujours sous la menace du baril de pétrole et des cours des matières premières alimentaires de base
Seulement avec la reprise de la production agricole, la croissance économique est estimée à 3,7 % en 2012 contre 2,6% en 2011, informe le communiqué du ministère de l’Economie et des finances. « En 2013, elle devrait s’établir à 4,3% à la faveur de la poursuite de l’exécution des grands projets dans les secteurs électriques et autoroutiers, de l’amélioration de la distribution d’énergie électrique, de la poursuite du redressement du secteur agricole, de la mise en œuvre du projet des minéraux lourds de la Grande Côte (zircon) et des projets de mines d’or de Golouma et Massawa, du démarrage des projets financés par le Millennium Challenge Account (MCA), ainsi que de l’exécution de projets dans les secteurs sociaux ».

Tout de même, l’économie étant encore liée à beaucoup de facteurs extérieurs, les résultats autour de l’inflation demeurent aléatoires. « L'inflation devrait être attendue autour de 1,5% en 2012 contre 3,4% en 2011, sous l’hypothèse d’une légère détente du cours du baril de pétrole mais également des cours des matières premières alimentaires de base ».

Les autorités ont promis des réformes nécessaires visant à améliorer le cadre macroéconomique et la fourniture d'infrastructures structurantes notamment énergétiques pour l’atteinte d’une croissance plus élevée, durable et solidaire.


Mardi 11 Décembre 2012 - 19:00



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter