Egypte: Moubarak blanchi, des milliers de manifestants dans la rue

Le blanchiment de l’ex-président égyptien Hosni Moubarak des accusations de meurtre de manifestants et de corruption par la cour d’assises du Caire provoque polémiques et discussions passionnées dans les médias et sur les médias sociaux. Des manifestations ont eu lieu au Caire après l’énoncé du verdict. Des échauffourées entre les manifestants et les anti-Moubarak ont fait un mort.



Des manifestants anti-Moubarak chantent dans les rues du Caire, le 29 novembre. AFP PHOTO / MOHAMED EL-SHAHED
Des manifestants anti-Moubarak chantent dans les rues du Caire, le 29 novembre. AFP PHOTO / MOHAMED EL-SHAHED

La grande question est de savoir si Hosni Moubarak sera libéré dans les jours qui viennent. L’ex-raïs est actuellement détenu, pour raisons de santé, dans l’hôpital militaire de Méadi. Moubarak avait, en effet, été condamné à une peine de trois années de prison dans une autre affaire de corruption. Mais selon certains avocats, il devrait maintenant être libéré puisqu’il a déjà passé plus de trois années en détention.

Ses fils Alaa et Gamal, qui ont eux aussi bénéficié d’un non-lieu samedi 29 novembre resteront en revanche en prison : ils ont été condamnés à quatre années de détention pour corruption dans un autre procès. Il en va de même pour le ministre de l’Intérieur de Moubarak, Habib al-Adly, qui a été condamné dans deux autres affaires de corruption à plus de dix années de prison.

L’homme d’affaires Hussein Salem blanchi de l’accusation de corruption de l’ex-président Moubarak, et qui est réfugié en Espagne, est en revanche totalement libre. A condition de payer les 168 millions de dollars et intérêts qu’il doit au ministère égyptien du Pétrole.

Manifestations et répression

En réaction, samedi, toute la journée sur les réseaux sociaux, les messages de colère ont défilé. Les appels à manifester ont été entendus. Ils étaient d’abord une petite centaine à braver l’interdiction de manifester aux abords de la place Tahrir complètement bouclée, mais très vite les protestataires se sont retrouvés à près de 2 000 chantant les traditionnels slogans de 2011 : « A bas le régime ! »

Mohamed et Rana, habitués des manifestations, expliquent la raison de leur venue : « Les figures du régime sont acquittées et les symboles de la révolution sont condamnés et sont en prison, souligne Mohamed. Il y a eu des morts et il y a eu plus de 800 martyrs le 25 et le 28 janvier, donc ils doivent nous dire qui a tué nos camarades ».

« Des gens sont morts, des gens ont été arrêtés, des gens ont été sérieusement blessés et personne n'est mis en prison pour ça.Enfin, qu'est-ce que ça veut dire ? S’indigne Rana. Où est la logique ? Où est la justice ? »

A 20h30, la police jusque-là invisible décide de disperser la foule à coups de grenailles, de canons à eau et de gaz lacrymogène. Le ministère de l’Intérieur avance la présence de Frères musulmans pour justifier l’opération. Les manifestants sont pourchassés dans les rues attenantes à la place Tahrir. Au moins une personne est morte au cours des affrontements. 85 autres ont été arrêtées.


Rfi.fr

Dimanche 30 Novembre 2014 - 11:41



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter