Egypte: des milliers de pro-Morsi dans les rues, un mois après l'assaut sanglant de la police

Cela fera un mois jour pour jour, ce samedi 14 septembre, que les forces de l’ordre ont dispersé brutalement les deux sit-in de partisans des Frères musulmans au Caire, faisant des centaines de victimes. Des milliers de personnes ont manifesté hier dans la capitale mais aussi dans d’autres villes du pays.



Egypte: des milliers de pro-Morsi dans les rues, un mois après l'assaut sanglant de la police

Le cortège s’est mis en marche depuis la mosquée Salam dans le quartier de Nasr City. Plusieurs milliers de personnes se sont dirigées vers Rabaa al-Adawiya, en scandant des slogans hostiles au général Sissi et au régime militaire.

« J’ai participé à cinq élections et aujourd’hui la police et l’armée ont pris mon vote et l’ont jeté à la poubelle, explique Mustapha Mahmoud, un ouvrier de 40 ans. Je viens réclamer mon droit, ma voix. Je suis aussi venu car beaucoup de gens sont morts ici, et ils ne valent pas moins que nous. C’est le peuple égyptien qui est ici, ce ne sont pas les Frères musulmans, c’est tout le peuple. Moi je ne fais pas partie des Frères musulmans ».

La police « arrête ceux qui sont barbus »

Moustapha Ali, un professeur de mathématiques de 29 ans à la barbe en bataille, assure lui aussi, comme la plupart des manifestants, ne faire partie d’aucune formation politique : « J’espère que l’on va retrouver les libertés qui existaient au temps de Mohamed Morsi. Bien sûr la police et le pouvoir répriment les gens comme nous, ils arrêtent ceux qui sont barbus, sans aucune raison… Et pas seulement les gens qui portent une barbe, ceux qui ont des affiches, par exemple, pour la légitimité et contre le coup d’Etat. Ils les arrêtent et les interrogent ».

L’armée avait bloqué l’accès à la place de Rabaa al-Adawiya. Les manifestants ont donc dû faire demi-tour, sans incident. Aux balcons, des habitants marquent leur soutien. D’autres, au contraire, font signe qu’ils sont opposés à leur mouvement.


Des chocolats à l'effigie du général al-Sissi. L'armée et le général Sissi, qui a renversé Mohamed Morsi, restent extrêmement populaires dans le pays. Pour une grande partie des Egyptiens, le chef des armées fait figure de sauveur, engagé dans une lutte contre des terroristes. Et son visage s'affiche partout :

 

 
La chocolatière
Il y a des gens qui viennent de loin pour l'avoir !"


RFI

Samedi 14 Septembre 2013 - 11:27



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter