Egypte: l'armée désamorce une bombe sur un chemin de fer



Egypte: l'armée désamorce une bombe sur un chemin de fer
Une bombe a été désamorcée samedi sur une voie de chemin de fer dans le nord de l'Egypte, en proie à des violences meurtrières depuis que l'armée a destitué le président  Mohamed Morsi et réprime les islamistes, ont indiqué des responsables de la sécurité.
La bombe "artisanale", deux obus de mortier et une grenade reliés à système de détonation, a été neutralisée par les démineurs de l'armée sur la voie ferrée qui relie la ville de Suez  à celle d'Ismaïlia, le long du canal de Suez, selon ces sources qui ont requis l'anonymat. 
 

La bombe visait, selon elles, un train qui devait passer là à 6h00 du matin. Mais des habitants du village d'Abou Aref, où l'engin avait été posé, l'ont aperçu et immédiatement appelé l'armée.
Jeudi, le ministre de l'Intérieur Mohammed Ibrahim avait échappé à un attentat  à la voiture piégée au Caire et aussitôt mis en garde contre une "vague de terrorisme". 
Le ministre est l'un des principaux maîtres d??uvre de la sanglante campagne de répression des manifestations pro-Morsi depuis que l'armée et la police ont ouvert massivement le feu le 14 août sur deux rassemblements de partisans du président déchu au Caire, tuant des centaines de manifestants.
Un millier de personnes ont été tuées dans la semaine qui a suivi, des manifestants pro-Morsi pour l'immense majorité, et l'armée et la police ont arrêté plus de 2.000 membres des Frères musulmans, la confrérie islamiste de M. Morsi qui avait largement remporté les dernières législatives de 2012. 
Les Frères continuent d'appeler à des "manifestations pacifiques" mais ne mobilisent plus guère, décimés ou désorganisés par l'emprisonnement de quasiment tous leurs leaders. La confrérie est accusée, depuis la destitution et l'arrestation de M. Morsi par l'armée le 3 juillet, d'"actes de terrorisme" par le nouveau gouvernement mis en place par les militaires.
Des experts ont prévenu que des mouvements islamistes estimant que l'élection démocratique des Frères musulmans et de M. Morsi en 2012 ont été "volées", pourraient se radicaliser rapidement et entamer une campagne d'attentats.
L'Alliance contre le coup d'Etat, une coalition qui demande le retour au pouvoir de M. Morsi et dirigée principalement par les Frères musulmans, avait condamné l'attentat visant le ministre de l'Intérieur et réitéré ses appels à des manifestations "pacifiques".

Dépêche

Samedi 7 Septembre 2013 - 13:57



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter