Egypte: la loi restreignant le droit de manifester va-t-elle démobiliser les opposants libéraux?

Ce dimanche, cela fera une semaine que la loi qui restreint le droit de manifester est entrée en vigueur en Egypte. Ce qui, apparemment, n'a pas découragé les islamistes. Ceux-ci ont continué de manifester cette semaine en dépit de la répression policière. L'opposition libérale, qui est aussi allée manifester sans accord préalable des autorités, a également dû faire face à la violence des forces de l'ordre. Mais, à la différence des Frères musulmans, l'opposition prodémocratique ne présente plus un front uni.



Egypte: la loi restreignant le droit de manifester va-t-elle démobiliser les opposants libéraux?

Si les Islamistes continuent de manifester malgré la répression qui les vise, qu'en est-il du camp anti-Morsi ? Après avoir soutenu l'armée en juin 2013 pour destituer le président islamiste Mohamed Morsi, une partie de cette opposition démocratique se retrouve dans une position peu confortable.

D'abord, elle est divisée : une partie de cette opposition, notamment le Front du salut national, est représentée dans le comité des Cinquante qui révise la Constitution. Ce comité a été mis en place par les nouvelles autorités installées par l'armée.


 

Stupeur

Mais une autre partie de l'opposition laïque, à savoir le Mouvement du 6-Avril qui était en pointe dans la révolution de 2011 regarde avec stupeur s'imposer le retour d'un'ordre militaire qui n'a rien à envier aux années Moubarak

Mohamed Adel est membre de ce mouvement. Son fondateur s'est rendu à la justice ce samedi après avoir organisé une manifestation interdite. « On pensait qu'on verrait se mettre en place un Etat démocratique, indique Mohamed Adel. Au lieu de ça, on voit des mesures restrictives qui ne visent pas que les Frères musulmans mais aussi nous, les révolutionnaires. La loi sur les manifestations ne restera pas en place et ils n'arriveront pas à freiner notre mouvement ».
 

Mobilisation difficile

La nouvelle loi sur les manifestations promulguée la semaine dernière restreint le droit de manifester ses opinions politiques et donne plus de latitude aux autorités pour réprimer les défilés. Dans ce contexte, difficile pour cette opposition de mobiliser les foules et de peser sur le texte de la nouvelle Constitution.


Rfi.fr

Dimanche 1 Décembre 2013 - 14:49



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter