Egypte: malgré une faible mobilisation samedi, les Frères musulmans ne lâchent pas prise

Samedi 17 août, c'est la place Ramsès au Caire qui a cristallisé les tensions entre d'un côté les soutiens du président déchu Mohamed Morsi et de l'autre les groupes hostiles aux Frères musulmans et les forces de l'ordre. Mais hormis ces affrontements, la journée a été relativement calme et les Frères musulmans, qui avaient appelé à manifester ont peu mobilisé. Mais ils ne désarment pas.



Egypte: malgré une faible mobilisation samedi, les Frères musulmans ne lâchent pas prise

La place Ramsès devait être le point de rassemblement des cortèges venus des quatre coins du Caire. Mais aucun cortège n’est arrivé. Pour les observateurs, soit les Frères musulmans n’ont pas réussi à mobiliser du fait de la répression du vendredi 16 août, soit ils ont voulu éviter de nouvelles confrontations violentes, non seulement avec les forces de l’ordre mais aussi avec une foule de manifestants anti-Morsi qui s’étaient pressés place Ramsès. Sur leur site internet, les Frères musulmans, tout en reconnaissant que les forces de l'ordre les ont délogés dans le calme samedi de la mosquée, s'en prennent aux «voyous qui se trouvaient à l'entrée» du bâtiment. Selon les islamistes, les militaires les ont protégé d'une foule qui voulait en découdre.

Les Frères musulmans changent de cible

La confrérie poursuit ses manifestations comme elle l'avait annoncé mais les lieux de rendez-vous changent pour ce dimanche. Elle appelle les manifestants Frères musulmans à marcher sur le siège de la Haute cour constitutionnelle située sur le Nil dans le quartier résidentiel de Méadi. Une cour exécrée depuis qu’elle a invalidé le Parlement à majorité islamiste. Par ailleurs le site, sur les bords du Nil, offre l'avantage d'être un peu plus ouvert que la place Ramsès et donc d'offrir plus de solutions de repli au cas où la situation se dégraderait.

La place de Roxy, dans le quartier résidentiel d’Héliopolis où se trouve le palais présidentiel est aussi annoncée comme second lieu de rassemblement. Les rendez-vous sont donc donnés au sud et au nord de la capitale.

La confrérie dans le collimateur du pouvoir

Samedi, le Premier ministre Hazem el-Beblaoui a proposé la dissolution de la confrèrie. Le pouvoir envisage de faire rentrer l'institution dans un cadre légal.

La Confrérie devra se fondre dans le moule juridique des ONG ou des partis politiques et donc disparaître en tant qu’entité multiforme. Plus question pour elle d’être tour à tour une organisation de prédication islamique, une association caritative ou un parti politique selon les circonstances. Exit donc le Guide suprême et le bureau de guidance.

Selon le gouvernement, les Frères musulmans ont toujours leur place «dans le processus politique en cours» à condition de ne pas avoir de sang sur les mains et de ne pas faire l’objet de poursuites criminelles. Finie la vieille garde et bienvenue aux réformateurs.


Rfi.fr

Dimanche 18 Août 2013 - 12:31



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter