Egypte: pourquoi l'armée a choisi la répression

Malgré les appels à la retenue de la part de la communauté internationale, l'armée égyptienne a choisi cette semaine la répression à tout crin contre les sit-in pro-Morsi. Pourquoi ce choix ? Il semble que ce soit avant tout des raisons internes qui ont motivé cette réponse plus que brutale.



Egypte: pourquoi l'armée a choisi la répression

En réprimant sans merci  les partisans du président déchu Mohamed Morsi, l'armée semble avoir repris les vieilles méthodes de l'ère Moubarak. Mais laisser s'éterniser les rassemblements aurait sans doute fait perdre patience aux millions d'Égyptiens qui avaient manifesté contre les Frères. L'armée ne pouvait se permettre de perdre ce soutien populaire.

Car elle est avant tout un acteur politique. Cela fait des décennies qu'elle affronte la confrérie qui conteste aujourd'hui l'hégémonie des généraux. Elle est aussi un acteur économique dont les intérêts se chiffrent en milliards. Or, la présidence Morsi, en voulant libéraliser l'économie, menaçait son empire.

Combattre la menace terroriste

La ligne dure de l'armée semble s'être imposée. Ce qui explique l'échec des médiations étrangères  pour trouver une solution politique. À la communauté internationale unanimement choquée par le bain de sang, l'armée dit combattre une menace terroriste sur son territoire, quitte à risquer d'affaiblir le pays diplomatiquement. Surtout, en rejetant toute issue politique, elle s'expose à ce qu'elle dit vouloir éviter : une montée des groupes radicaux, comme ce que l'Égypte avait connu dans les années 1990.

Le recours à la force de l’armée est défendu par certains acteurs de la société égyptienne, et notamment du mouvement Tamarrod, toujours en pointe dans l’opposition aux Frères musulmans.

 

 
Chadi Malek

Membre de Tamarrod

Nous faisons face à des groupes terroristes. Que l'Occident a eu à affronter aussi. Comment voulez-vous que nous l'acceptions ?"


RFI

Samedi 17 Août 2013 - 14:50



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter