Election de Trump : l’immense soulagement des présidents africains contestés

Stupeur et sidération en Afrique, où l’on s’attendait aussi à la victoire d’Hillary Clinton. Mais l’on respire, dans les palais présidentiels de Kinshasa ou de Bujumbura.



 

« Incroyable ! Incroyable ! C’est vraiment incroyable ! » Face à son café ce mercredi matin, un ministre sahélien en visite à Paris  martèle son incrédulité. « Tout le monde  s’est trompé ! Les médias, les appareils politiques ! Les votes communautaristes ont un sens et les Blancs, surtout les petits Blancs qui ont subi la désindustrialisation, la numérisation de l’économie, ont montré qu’ils forment une communauté », analyse à chaud ce dirigeant abasourdi par le coup de tonnerre américain.

L’élection, mardi 8 novembre, de Donald Trump  à la présidence des Etats-Unis, est un choc mais il veut croire  qu’elle n’aura que des conséquences minimes pour le continent africain. « Sur la lutte contre le terrorisme, leur implication est marginale. Les Américains ouvrent des bases mais ils ne combattent pas nos djihadistes qui ne menacent pas directement leurs intérêts », dit-il, affichant la même sérénité pour ce qui est des relations économiques. « Je ne pense pas que Trump remettra en cause des engagements qui ont fait consensus dans son camp. Le Millenium Challenge Corporation un programme de [développement  américain] qui était une initiative de Bush a été validé par le Congrès et le Sénat », se rassure-t-il.

 


Le soulagement de Pierre Nkurunziza

Reste que cette impression de confiance a toutes les apparences d’une posture. Avant de congédier   son rendez-vous   matinal, le ministre sahélien lâche, inquiet : « C’est triste ! Que va-t-il se passer   maintenant ? Va-t-il déclencher   une guerre nucléaire   ? »

A Abidjan, un conseiller   d’Alassane Ouattara révèle, sous couvert d’anonymat, son sentiment : « Cette fois, les Blancs se sont mobilisés pour ne pas que les minorités leur impose un président. On nage en plein délire populiste ! Maintenant, il ne manque plus que Marine Le Pen   gagne la présidentielle en France   ! C’est difficile à accepter   d’un point de vue moral, mais pour l’Afrique, il faut savoir   que l’Amérique n’influence plus comme avant les pouvoirs africains. Le dernier à avoir   pris des initiatives pour le continent est Bush fils. Trump pourrait utiliser   l’Afrique pour donner   des gages à la communauté noire avec des pays comme le Soudan   ou pour contester   la présence chinoise, mais il n’y a plus de grande politique  américaine en Afrique. Même si les matières premières   ne perdront pas leur intérêt, je ne crois pas qu’il consacrera plus d’énergie qu’Obama à notre continent », dit-il, avant de conclure : « C’est une administration que l’on va découvrir. On observera ses premiers pas. »

D’autres dirigeants africains, ceux qui étaient sous pression de l’administration Obama pour améliorer   leur gouvernance, se sont ouvertement réjouis du résultat. Le burundais Pierre Nkurunziza s’est ainsi fendu d’un tweet très chaleureux de félicitations. « Le président a félicité le peuple américain, commente au Monde Afrique Willy Nyamitwe, son conseiller en communication, car ce qui s’est passé aux Etats-Unis en 2016 est exactement ce qui s’est passé au Burundi   en 2015. Les médias ont diabolisé Trump comme ils l’ont fait avec notre président mais le peuple a montré qu’il était à ses côtés. » Cette élection américaine infléchira-t-elle la politique   de Washington à l’égard de Bujumbura ? C’est en tout cas ce que souhaite ce très proche de Pierre Nkurunziza : « On sent bien que Trump est du côté des opprimés. Certainement qu’il regardera à deux fois avant de se prononcer   sur le Burundi et ne croira pas tout ce qu’on lui dit. »

A Kampala, le président ougandais Yoweri Museveni, 72 ans dont trente au pouvoir, vieil allié des Etats-Unis, a été l’un des premiers à féliciter   Donald Trump sur Twitter.

Kinshasa respire

Mais c’est sans doute du côté de Kinshasa que le soulagement est le plus perceptible. Il faut dire   que l’administration Obama s’était engagée très fortement pour le que président congolais Joseph Kabila quitte le pouvoir au terme de son deuxième mandat, le 19 décembre 2016 et avait apporté un certain soutien à l’opposant Moïse Katumbi. Les préparatifs de l’élection présidentielle, fixée finalement au printemps 2018 par un « dialogue » proposé par le pouvoir et contesté par une partie de l’opposition, devraient ainsi se poursuivre   avec une moindre pression de la part des Etats-Unis. Joseph Kabila donne le ton : un communiqué de la présidence félicite Donald Trump pour sa « brillante élection » et fait part de sa « disponibilité »pour travailler   avec lui à l’« affermissement des relations d’amitié et de coopération   » existant entre la RDC et les Etats-Unis.

Le ministre congolais des relations avec le Parlement, Tryphon Kin-Kiey Mulumba, a tenu à rappeler   qu’il avait prévu cette élection depuis de longs mois. « C’est l’échec de l’establishment, du politiquement correct, des professionnels de la politique et, d’une certaine manière, d’une politique basée sur la communication. Pour le reste, je note que les présidents républicains ont dans le passé été toujours plus proches de notre pays. Nixon, Reagan et Bush père ont été très proches du Congo », a-t-il ajouté.

De son côté, un général congolais désirant garder   l’anonymat a déclaré au Monde Afrique : « C’est un coup dur pour les opposants qui ont beaucoup investi dans le club démocrate. Trump prône une politique de non-ingérence dans les affaires des autres Etats. Il va faire   des Etats-Unis sa priorité. Clinton et Obama étaient des véritables leaders hégémoniques. » Conclusion du porte-parole du gouvernement à Kinshasa, Lambert Mendé : « Nous sommes des souverainistes. L’administration démocrate a voulu nous gérer   comme une province américaine, ce qui nous déplaît fortement. Ses actions unilatérales, comme imposer   des sanctions à des officiels congolais pour des problèmes de politique intérieure, donnent une impression de colonialisme. Nous exigeons désormais que ces sanctions soient levées. »

Jean Ping s’avoue « perdu »

Les candidats malheureux aux récentes élections africaines, comme Jean Ping au Gabon, se montrent moins sereins. « C’est une élection totalement surprenante, assourdissante, a-t-il déclaré au Monde AfriqueJe me sens un peu perdu, surtout après son discours de victoire qui contredit ses messages de campagne très tranchés sur les races, l’économie, l’immigration. Perdu aussi parce qu’on ne sait pas qui sera notre interlocuteur, sur l’Afrique, dans sa future administration. Mais il ne pourra pas se désintéresser   du continent, de ses ressources naturelles, de la lutte contre le terrorisme ou le trafic de drogue. Aussi parce que c’est un terrain de concurrence avec la Chine   : il ne peut pas lui laisser   le champ libre ».

Les réactions de la rue prennent note de cette rupture – et parfois s’en réjouissent. Ainsi Fréderic William Asong, mécanicien chauffeur à Douala, au Cameroun   : « J’admire Trump et les Américains. Je ris beaucoup quand j’entends depuis ce matin à la radio et à la télévision des gens dire que Trump devait perdre. Il devait perdre pourquoi ? Cet homme avait tout pour gagner. Il disait à haute voix ce que des millions d’Américains pensaient à voix basse. J’ai vu comment tous les médias français soutenaient Hillary [Clinton] alors que la vérité c’est que les Américains voulaient Trump. Trump est comme votre docteur qui vous dit que vous avez un cancer   alors que ta maman te le cache. Il dit la vérité et moi j’aime la vérité. Tout le monde   aime Barack Obama   mais qu’est ce qu’il a fait pour nous ? Rien. Il est noir comme nous mais ça s’arrête là. Trump ne nous a rien promis et il ne cache pas qu’il ne nous aime pas et c’est bien comme ça. »

Fausse prophétie

Au Nigeria, les élections ont été suivies de très près, Donald Trump n’ayant pas caché, durant la campagne, ses intentions de bouter   la communauté nigériane hors de son pays en cas de victoire. Il y aurait quelque 300 000 Nigérians aux États-Unis selon Dehab Ghebreab, du consulat américain à Lagos. Pour le professeur Bola Akinterinwa, de l’institut nigérian d’affaires internationales, « Les relations bilatérales entre les USA et le Nigeria vont souffrir[Trump] va être   contre la migration internationale ». Selon http://www.news24.com.ng/National/News/nigerians-plan-to-return-from-america-after-donald-trump-win-20161109">News24Nigeria, certains Nigérians vivant aux États-Unis auraient – dans la panique – déjà acheté leurs billets de retour pour le Nigeria.

Temitope Balogun Joshua, pasteur et « prophète » nigérian, l’un des cinq prédicateurs les plus riches au monde, avait prédit la victoire d’Hillary Clinton. Conséquence : déferlement de réactions choquées, voire d’insultes, sur les réseaux sociaux   – on ne plaisante pas avec la religion au Nigeria où cette fausse prophétie est prise au sérieux.

En Egypte, le président Abdel Fattah al-Sissi et les médias qui lui sont dévoués se sont montrés ravis. Durant la campagne américaine, tous étaient dressés contre Hillary Clinton, en raison de sa « complaisance »présumée à l’égard de l’ex-président Mohamed Morsi lorsqu’elle était secrétaire d’Etat. Certains sites titrent ainsi aujourd’hui que la victoire de Trump est une « une victoire contre les Frères musulmans et le terrorisme »… Abdel Fattah al-Sissi a de fait été le premier chef d’Etat étranger à avoir félicité Donald Trump par téléphone et il l’a immédiatement invité à se rendre   en Egypte.

La Tunisie   s’inquiète

A Tunis, Mehdi Taje, directeur des études stratégiques à l’Institut Tunisien des Etudes stratégiques (ITES), think tank proche du palais présidentiel, craint qu’« avec l’élection de Trump, la Tunisie sorte des écrans radars des Etats-Unis. Hillary Clinton était très attachée à la transition démocratique tunisienne. Désormais, les soutiens financiers et militaires américains à notre démocratie pourraient être réduits. Sans l’assistance d’un plan Marshall à notre économie en difficulté, notre transition démocratique pourrait dérailler. Washington a accordé en 2015 à la Tunisie le statut d’allié majeur non-membre de l’OTAN, ce qui avait préludé à l’intensification de la coopération sécuritaire face aux nouvelles menaces djihadistes. Cela va-t-il perdurer ? Cela peut encourager   des forces antidémocratiques ou peu attachées à la démocratie dans notre paysage politique national ».

Le roi du Maroc   souligne les qualités de Trump

Le roi du Maroc Mohammed VI, qui est à Dakar depuis dimanche 6 novembre, a adressé un message de félicitations à Donald Trump dans lequel sa Majesté souligne que ce résultat « traduit la confiance et la considération dont [M. Trump] jouit auprès du peuple américain, eu égard à l’attention sincère qu’il porte à ses intérêts suprêmes et à la grande expérience professionnelle qu’il a accumulée ». Le chef du gouvernement désigné, Abdelilah Benkirane, insistant qu’il parle en sa qualité de secrétaire général du parti islamiste, a lui aussi réagi : « C’est la démocratie ! Je pense qu’il va réviser   ses positions passées » de manière à ce qu’elles soient plus modérées et raisonnables. Il a confié avoir veillé une partie de la nuit pour suivre   les résultats. Pour l’avenir, il est confiant que cette « élection n’aura pas d’impact sur les bonnes relations entre le Maroc et les Etats-Unis », ajoutant que « Trump n’a pas de position hostile à l’égard du royaume ».


Le Monde

Mercredi 9 Novembre 2016 - 13:32



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter