Élections américaines de mi-mandat - États-Unis: Les républicains majoritaires à la Chambre, le Sénat reste démocrate

Nette victoire annoncée des républicains à la Chambre des représentants dont John Boehner devrait prendre la présidence. Au Sénat, malgré la perte d'un certain nombre de sièges, les démocrates conserveront une courte majorité.



Élections américaines de mi-mandat - États-Unis: Les républicains majoritaires à la Chambre, le Sénat reste démocrate
Les élections de mi-mandat s’annonçaient difficiles pour le parti démocrate, et les premiers résultats donnés mercredi matin par les médias américains donnent raison aux sondages des dernières semaines.

Selon les projections des chaînes de télévision CNN et MSNBC données vers 2h GMT, les républicains ont ravi aisément aux démocrates la majorité à la Chambre des représentants américaine. Il fallait au Grand Old Party – surnom donné au Parti républicain – ravir 39 sièges aux démocrates pour s’emparer de la Chambre basse, et les estimations leur en garantissent au moins une cinquantaine.

Pourtant, les chances des républicains de remporter la majorité au Sénat s'amenuisaient mardi soir après une importante victoire démocrate en Virginie-Occidentale.

À l’annonce des résultats, Barack Obama a fait savoir dans un communiqué qu’il souhaitait trouver "un terrain d’entente" avec les républicains et ainsi "faire avancer le pays". Le président américain a également déclaré à ses interlocureurs qu'il attendait cette collaboration qui va rythmer les deux dernières années de son mandat.


L’affirmation du Tea Party

Malgré la défaite dans le Delaware de Christine O’Donnell, l’une des figures emblématiques du mouvement, le Tea Party profite des midterms pour confirmer dans les urnes son influence grandissante.

Dans le Kentucky, Rand Paul est ainsi devenu le premier membre de ce mouvement élu au Sénat. En Floride, le républicain Marco Rubio, hispanique et étoile montante du Tea Party, l'a emporté dans une triangulaire pour le Sénat, devançant son adversaire indépendant Charlie Crist.

Le Tea Party a été lancé début 2009, à un moment où la cote de popularité du parti républicain était au plus bas. Il s'inspire des révoltés américains de 1773, protestant contre les impôts de l'Empire britannique sur le thé. Son influence sur le Parti républicain n’a cessé de progresser ces derniers mois.

Campagne anti-Obama

C’est à la fois un soulagement et un motif d’inquiétude pour Barack Obama. La victoire du démocrate Joe Manchin, en Virginie-Occidentale, amenuise les chances républicaines de remporter la majorité au Sénat. D’ailleurs, à 3h30 GMT, les républicains n'avaient pu arracher que quatre sièges à leurs adversaires au Sénat, alors qu'il leur en faudrait une dizaine pour obtenir la majorité.


En revanche, c’est par une campagne très à droite et très critique envers la politique de Barack Obama que Joe Manchin l’a emporté. Ce très populaire gouverneur a notamment contesté le projet de loi sur le climat et l'énergie voulu par le président Obama - dans un État qui vit largement grâce à l’exploitation du charbon – de même que la réforme de la couverture maladie.

Le fait est que toute la campagne des midterms a été marquée par la perte de confiance de l’électorat vis-à-vis du président américain, deux ans à peine après sa triomphale élection à la Maison Blanche. La victoire prévisible des républicains à la Chambre des représentants et le désaveu adressé à Barack Obama, même par des candidats démocrates comme Joe Manchin, restreint considérablement l’aura et la marge de manœuvre politique du président américain.

France24.com

Mercredi 3 Novembre 2010 - 14:46



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter