Elections locales 2014 : Jëf Jël contre l’arbitrage de Macky

L’ancien parti de Talla Sylla sous la présidence de Papa Ameth KEITA, Président du Jef Jël confirme le Pôle des Partis et Coalitions Non Affiliés qui ne sont pas du tout d’accord avec l’arbitrage du président Sall. En réunion ce samedi, ils jugent tout simplement « absurde », l’instauration, sur la base d’une conjoncture politique, d’un mode de scrutin des conseillers municipaux de la Ville rétrograde qui plus est, ne promeut nullement la démocratie locale. Jef Jel ne manque pas de se féliciter « vivement du travail remarquable accompli par Ndiaga SYLLA, Premier Vice-président chargé de la Vie politique et les autres Plénipotentiaires du Pôle des Partis et Coalitions Non Affiliés au sein de la CTRCE ». Ce dernier qui, pas plus tard que vendredi dernier, avait menacé de saisir la Cour de Justice de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) qui interdit toute modification du code électoral à moins de six (6) mois des échéances électorales sauf consensus, « ce qui est le cas au Sénégal », selon Ndiaga Sylla.



Elections locales 2014 : Jëf Jël contre l’arbitrage de Macky
Le Bureau politique de l’Alliance Jëf Jël, réuni le samedi 22 mars 2014, à Dakar, sous la présidence de Papa Ameth KEITA, Président du Parti, à l’effet de statuer sur les prochaines élections locales ; 

Se fondant sur la résolution finale du dernier Congrès du Parti du 09 décembre 2012; Rappelant les décisions et les directives du Bureau Politique délocalisé du samedi 06 juillet 2013 à Thiès; Considérant l’impérieuse exigence de parachever le processus de refondation de notre République ; Considérant les impacts de l’Acte III de la décentralisation ainsi que les enjeux des élections locales ; Considérant la subsistance de zones d’ombre et insuffisances décelées dans le nouveau Code Général des Collectivités Locales ; Conscient de la nécessité de renforcer le système électoral, préalable à l’instauration d’une démocratie stable et apaisée ; Conscient de la philosophie qui sous-tend la politique de décentralisation et la démocratie locale ;
 
Attaché à la dynamique de concertation et de recherche constante de consensus en vue de parvenir à un code électoral consensuel ; Attaché au respect des principes et des normes nationaux et supranationaux régissant la matière électorale ;
 
Exhorte les responsables locaux à poursuivre les échanges en vue de mettre en œuvre les stratégies appropriées dans une démarche d’ouverture vers les autres forces politiques et citoyennes. Donne mandat aux responsables locaux de nouer des alliances en direction des élections départementales et municipales du 29 juin 2014 sur la base de l’éthique et des valeurs fondamentales incarnées par le Jëf Jël.
 
Salue les avancées notoires et les innovations contenues dans le rapport de la Commission Technique chargé de la Revue du Code Electoral (CTRCE) et traduites en projet de loi adopté par le Conseil des Ministres du 20 mars 2014. Se félicite vivement du travail remarquable accompli par Ndiaga SYLLA, Premier Vice-président chargé de la Vie politique et les autres Plénipotentiaires du Pôle des Partis et Coalitions Non Affiliés au sein de la CTRCE. Regrette l’instauration, sur la base d’une conjoncture politique, d’un mode de scrutin des conseillers municipaux de la Ville rétrograde et absurde, qui plus est, ne promeut nullement la démocratie locale.
 
Rappelle la nécessité de finaliser et d’adopter,  par voie de référendum, le projet de nouvelle constitution qui puisse consacrer une véritable refondation de nos institutions et protéger les citoyens de toutes les dérives. Demande solennellement à Son Excellence Monsieur Macky SALL, Président de la République, au nom de l’élan irrésistible du peuple sénégalais vers la liberté, la justice, l’avènement renforcé du progrès, de l’Etat de droit et de la démocratie locale, de revoir et de modifier le Projet de loi portant nouveau Code électoral. Suggère également la revue du Code Général des Collectivités Locales en vue de lever les zones d’ombre ou toute source de contentieux éventuel sur le Code Electoral.
 
Poursuivra le combat pour la préservation des fondements de l’Etat de droit, des acquis démocratiques et de la stabilité politique et sociale du Sénégal. Dans cette perspective, l’Alliance Jëf Jël se joindra à toutes initiatives allant dans sens du respect strict des droits et devoirs consacrés par la loi fondamentale et des institutions de la République. Réaffirme son attachement à la tenue d’élections démocratiques, transparentes et apaisées afin que le Sénégal évite des soubresauts qui puissent entacher l’Acte III de la Décentralisation ou compromettre la voie de l’Emergence.  


Lundi 24 Mars 2014 - 11:05



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter