Elections locales: Danger à Guédiawaye !



Elections locales: Danger à Guédiawaye !

La bataille pour le contrôle de la banlieue, principalement Guédiawaye aura bel et bien lieu. Elle a presque commencé depuis l’annonce de la candidature du petit frère du président de la République, Aliou Sall. En effet, des responsables locaux de la coalition, Bennoo Bokk Yaakar, notamment l’actuel maire Cheikh Sarr ont dit niet. Pis, l’édile de la capitale de la banlieue brandit maintenant le discours éthniciste pour disqualifier Aliou Sall. Cela suscite des craintes chez nombre de citoyens défenseurs de la diversité ethnique et linguistique qui fait la force du Sénégal. Le danger guette.

         « Des responsables ont rassemblé des populations hal-pulars pour leur demander de voter pour leur parent, Aliou Sall », a dénoncé Cheikh Sarr. L’édile semble dire que le responsable de l’Apr veut jouer sur la fibre ethnique pour être maire de  Guédiawaye. Son insinuation est confortée par les pancartes brandies par certains responsables de l’Apr lors du meeting de Aliou Sall a Guédiawaye. « Netto ko bandoung », pouvait-on lire sur certaines pancartes. A cela s’ajoute la sortie contre les parents Hal pulaar du frère du président du rappeur « Fou Malade ». Les ingrédients sont donc réunis pour que cette carte soit jouée à Guédiawaye.

       Mais une vérité s’impose. Cette stratégie ne profite à personne. Le discours ethniciste n’a pas de place dans la société sénégalaise. Les citoyens ont toujours choisi leurs leaders selon leurs convictions. Le discours ethniciste n’a jamais prospéré dans ce pays où sérère, diolas, wolof, ha pulaar cohabitent dans la fraternité, la paix et le respect mutuel. Senghor, premier président de la République du Sénégal est issu d’une ethnie minoritaire et d’une religion minoritaire. Pourtant, il a su gouverner le pays. L’actuel président de la République, Macky Sall a été maire de Fatick, une ville majoritaire peuplée de sérère. Nombre d’observateurs estiment que le fait qu’il ait baigné dans cet environnement de diversité a contribué à faire de lui un leader accepté par tout le monde.

     Les responsables doivent donc arrêter le cirque. Si Aliou Sall veut être maire de Guédiawaye, il ne doit en aucun cas brandir un discours éthniciste. Depuis qu’il a commencé à battre campagne, il s’est positionné en rassemblement, misant sur un discours qui transcende les clivages ethnique. Mais la tâche d’épargner les Sénégalais du discours ethniciste ne lui incombe pas à lui seul. Ses souteneurs doivent aussi faire comme lui : proposer des projets de développement pour Guédiwaye.

Cheikh Sarr, Fou Malade et les autres doivent eux aussi arrêter ce discours qui ne vise que fragiliser la bonne entente entre les citoyens. Ils doivent laisser les populations faire leur choix. Les citoyens sénégalais sont mûrs. Personne ne peut leur imposer un leader. Le moment venu, ils choisiront librement leur maire. C’est dans cette optique qu’il faut saluer la position de l’Imam Youssouf Sarr sur la question. Interrogé par nos confrères de l’Observateur., il a estimé que ce discours n’a pas de place dans notre société, estimant que le dernier mot revient aux populations.


Issa Ndiaye

Mardi 18 Mars 2014 - 11:58



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter