Emigration clandestine: Mgr Benjamin Ndiaye plaide pour un programme d’aide au retour

«Il faut penser mettre en place un programme pour aider les victimes de l’émigration à revenir dans leur pays», a lancé l’Archevêque de Dakar, lors de la cérémonie de lancement du projet d’appui à la lutte contre la pauvreté et l’émigration clandestine mis en place par Caritas Dakar au profit de la banlieue de Pikine. La cérémonie s’est tenue, ce mardi 8 décembre 2015, à la mairie de Diamaguène Sicap Mbao, en présence des autorités administratives, coutumières religieuses et des populations bénéficiaires ainsi que des partenaires de Caritas Dakar.



Emigration clandestine: Mgr Benjamin Ndiaye plaide pour un programme d’aide au retour
«Nombreux sont nos concitoyens qui connaissent l’échec de l’émigration et qui vivent dans des conditions très difficiles en Europe ou ailleurs. Il s’agit là d’un autre drame auquel il faut faire face», a ajouté Mgr Benjamin Ndiaye. Tout en reconnaissant que la migration est un besoin de l’homme évoqué aussi bien dans la Bible que dans le Coran, l’Archevêque de Dakar encourage les jeunes et ceux qui sont tentés par l’émigration clandestine à rester dans leur pays, car : «c’est en restant dans notre pays qu’on va le développer ». Initié par Caritas Dakar et financé par le diocèse de Rothenburg Stuttgart en Allemagne, pour un coût global de 145 273 000 F.CFA, ce projet, réalisé en collaboration avec le Secrétariat National de Caritas Sénégal, pour une durée de deux ans, a justement pour objet de réduire et de freiner le phénomène de l’émigration clandestine « qui décime nos populations », selon Abbé Alphonse Biram Ndour, Directeur de Caritas Dakar.

Un programme salué par l’ensemble des intervenants qui se sont succédés à la tribune et les populations bénéficiaires venues massivement prendre part à la cérémonie. M. Tamba, premier adjoint au maire de la localité a tenu à saluer l’action de l’Eglise à travers la Caritas pour améliorer les conditions d’existence des populations de la banlieue et remercier les bienfaiteurs. Pour lui, « lutter contre la pauvreté, c’est lutter contre l’émigration clandestine ». L’imam de Diamaguène Sicap Mbao, M. Alpha Niang a, quant à lui, prôné le travail et appelé les bénéficiaires du projet à travailler pour pouvoir, demain, aider d’autres personnes. Il a soutenu que la politique de la main tendu ne résout rien et que seul le travail paie. Ce qui suppose, a-t-il expliqué, un changement de comportement par l’éducation et l’entraide.

Le sous-préfet de Thiaroye a déclaré que ce projet arrive à son heure pour aider à corriger des «déséquilibres qui avaient des apparences d’injustice» au yeux des populations de la banlieue, relavant en même temps l’efficacité et la justesse des actions de Caritas et de l’Eglise en direction des populations démunies. Terminant son propos, il a exprimé l’engagement des autorités à accompagner le programme pour un choix «limpide et loyal des bénéficiaires, en vue de la réalisation des objectifs visés».

Seneglise

Mercredi 9 Décembre 2015 - 11:22




1.Posté par fatima massage le 09/12/2015 13:00
envi d un bon massage pour mieux vs detendre decouvrez notre illustre cabinet de massage fatima vs propose different type de massage et plein de surprise une equipe de jeune fille tres professionelle vs acceuille ds un cadre bien equipe en tte discretion ctact 77 776 36 53 77 181 81 33

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter