Emission d’une Monnaie Complémentaire à Ziguinchor: les précisions du Promoteur



Emission d’une Monnaie Complémentaire à Ziguinchor: les précisions du Promoteur
Des membres du Mouvement pour la Renaissance la Liberté et le Développement (www.mrld.org) ont été appréhendés à Ziguinchor alors qu’ils sensibilisaient les populations sur un projet de monnaie complémentaire (SENXALISS) (www.sofadel.com) en partenariat avec la Municipalité de Ziguinchor. Ce n’est pas un projet casamançais. La même sensibilisation a eu lieu ou est en cours dans les villes de Saint-Louis, Kaolack, Thiès, et Dakar. Des représentants de la Mairie de Saint-Louis ont également eu à présider plusieurs rencontres sur le projet. Les Maires, Abdoulaye Baldé et Khalifa Sall, sont parmi les Maires qui ont été directement sensibilisés de même que le Président de la République Macky Sall lui-même par le Dr. Abdourahmane SARR promoteur du projet.
 
La banque centrale (BCEAO) a été mise au courant depuis 2013 et a réagi en Juin 2015 pensant qu’il s’agissait de l’émission d’une autre monnaie. Un dialogue avec la BCEAO sur l’opportunité de ce projet pour le Sénégal a été ouvert suite à une lettre réponse envoyée par la SOFADEL au Directeur National de la BCEAO en Juillet 2015. Cette lettre a été suivie d’une réunion à l’invitation de la BCEAO faisant suite à la proposition de la SOFADEL. Il était ressorti des échanges que la BCEAO (institution sous-régionale) devait développer un avis sur le sujet comme les autres grandes banques centrales du monde qui tolèrent les monnaies complémentaires mais que cela lui prendrait du temps. La SOFADEL elle poursuivait en parallèle le travail préalable et nécessaire de sensibilisation et de structuration de ses membres comme ça s’est fait ailleurs en attendant la BCEAO. La Banque d’Angleterre, par exemple, a clairement dit que les monnaies complémentaires sur son territoire ne sont pas des monnaies mais des moyens d’échange. La première monnaie complémentaire à l’échelle d’une ville a été lancée à Bristol en 2012.

 
Une monnaie complémentaire est un moyen d’échange que des populations d’une ville achètent et utilisent dans leurs échanges de tous les jours. Elle peut être sous une forme de bons d’échange (comme les Palmas au Brésil ou les Berskhsares aux États-Unis www.berskshares.org ), électronique comme à Nantes (https://sonantes.fr/sonantaise/), ou sous les deux formes comme le Bristolpound en Angleterre, www.bristolpound.org). En achetant ce moyen d’échange, les citoyens, particulièrement ceux exclus du système financier classique, se renforcent mutuellement et peuvent ainsi constituer un fonds commun d’investissement dont ils participent à la gestion dans le cadre d’une association. Une telle association porte le projet de Nantes, la Sonantaise, l’équivalent du MRLD au Sénégal dont le Dr. Abdourahmane Sarr est le Président et les membres arrêtés à Ziguinchor des Coordonateurs de Villes.
 

Le projet SOFADEL est une combinaison de ces procédés (expérience unique en Afrique) pour réaliser l’inclusion financière de tous, faciliter l’accès au financement de nos villes, et autonomiser nos populations dans un moyen d’échange compétitif. La Monnaie Complémentaire SENXALISS (le SEN papier et électronique) qui sera émise n’aura pas cours légal et libératoire, attributs exclusifs au FCFA. Elle n’est qu’un moyen d’échange et d’octroi de crédit entre membres dont la gestion est déléguée à un fiduciaire, la SOFADEL. De ce point de vue, le SEN ne concurrencera pas le FCFA, et les activités de la SOFADEL seront en dehors du champ des activités bancaires régies par la BCEAO. C’est le cas en Angleterre et aux Etats-Unis. La conversion des SEN en FCFA se fait à un taux d’échange convenu entre les membres de la SOFADEL. Il peut être fixe, modulable, ou variable avec comme objectif principal, préserver le Fonds Commun d’Investissement et de Garantie (FONCIG) des membres qui en prendront le risque. Ce fonds à son démarrage sera sous la présidence d’une éminente personnalité du pays.
 

La SOFADEL, dans sa conception, regroupe en une seule entité une institution de développement, un fonds d’investissement, et un fonds de garantie soutenus par les populations à la base qui feront partie de sa gouvernance. Elle a l’ambition d’être institutionnalisée dans cinq pôles régionaux (Dakar, Thiès, Ziguinchor, Kaolack, Saint-Louis). De ce fait, l’émission de la monnaie complémentaire sous forme de bons d’échange se fera dans les villes où l’appui de la Mairie est effectif. Sa réussite demande des préalables de mobilisation de tous les acteurs pertinents (populations, élus, distributeurs, commerces, société civile, acteurs politiques….) d’une ville et de ces communautés polarisées. C’est ce processus qui était en cours dans des villes pilotes comme Ziguinchor et Saint-Louis et d’autres villes ciblées comme Kaolack, Dakar, et Thiès. La SOFADEL compte également lancer le service SENXALISS Transfert d’Argent-Moyen d’Echange comme point d’entrée pour la mise en œuvre de sa vision. Les populations peuvent utiliser SENXALISS pour le transfert d’argent électronique comme Wari et la SOFADEL en retour utilisera les revenus générés pour financer leurs projets dans leurs quartiers.
 
Les populations peuvent également acheter des SEN électroniques à virer entre elles et les convertir en FCFA au besoin chez les distributeurs et commerces membres. Les populations sénégalaises le font déjà avec la monnaie électronique (comme Orange Money Sen Calpé) mais la contrepartie est déposée dans le système financier classique qui est hors du contrôle collectif direct des populations pauvres. SENXALISS sera un système appartenant aux populations elles-mêmes et leurs pôles régionaux. Le Promoteur, Dr. Abdourahmane SARR est le Président du Centre d’Etudes pour le Financement du Développement Local (www.cefdel.net) et de l’Association Mouvement pour la Renaissance la Liberté et le Développement (www.mrld.org) qui portent le projet SOFADEL. Il a été Economiste Principal et Représentant Résident du Fonds Monétaire International (FMI) au Togo et au Bénin et Conseiller Macroéconomique de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique  de l’Ouest (BCEAO). Il a occupé plusieurs fonctions au FMI notamment dans le département des Marchés Financiers et de Capitaux où il a dirigé des missions sur des questions financières et monétaires, de stratégie d’endettement, et de gestion d’actifs et passifs souverains. Il a également été Economiste Principal dans le département Moyen Orient Asie Centrale du FMI. Il a quitté le FMI après 15 ans de carrière en Octobre 2011 pour se consacrer au CEFDEL, un centre spécialisé dans la surveillance macroéconomique et les financements innovants. Il est l’auteur de plusieurs études sur des questions monétaires, bancaires, et financières.
 
 
Dr. Abdourahmane SARR est diplômé de Harvard en Administation Publique et des HEC-Montréal en Economie et Finance, et est titulaire d’un PhD en Economie de l’Université George Washington. Dr. SARR était candidat à la Présidentielle de 2012 (recalé en même temps de Youssou Ndour) pour promouvoir les valeurs d’autonomie et de liberté par le financement autonome du développement local et des populations à la base.
Dr. Abdourahamne SARR
Président du MRLD


Mardi 27 Octobre 2015 - 12:19



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter