En Afrique du Sud aussi, les taxis tentent de barrer la route à Uber

En Afrique du Sud également, l’application Uber est dans le viseur des compagnies de taxis et maintenant des autorités. Pour tenter de calmer la colère des chauffeurs de taxi qui dénoncent la concurrence déloyale que leur fait l’application, elles envisagent de réviser la loi pour encadrer de plus près le service Uber.



Une station de taxi dans une gare du Cap, en Afrique du Sud. Henry Trotter/Wikimedia Commons
Une station de taxi dans une gare du Cap, en Afrique du Sud. Henry Trotter/Wikimedia Commons

Au Cap, à Johannesburg et maintenant à Durban, les chauffeurs de taxi protestent de plus en plus ouvertement contre l’application Uber. Ils dénoncent « l’illégalité » du service, qui profite d’un vide juridique. De fait, les chauffeurs Uber échappent à de nombreuses taxes et contrôles, ce qui met aussi « les passagers en danger », selon les compagnies de taxis.

Face à ce tollé, les gouvernements provinciaux commencent à réagir en ordre dispersé. La ville du Cap exige désormais que les chauffeurs Uber soient enregistrés et possèdent une licence similaire à celle des taxis à compteur. Vendredi, 145 chauffeurs ont obtenu ce permis, mais la société Uber dénonce une procédure contraignante qui laisse de côté des centaines de conducteurs partenaires.

La ville du Cap travaille déjà sur une nouvelle réglementation pour encadrer le service Uber dans sa région, mais selon les spécialistes, une révision de la loi nationale sur les transports est de plus en plus probable. Des discussions sont en cours entre les représentants de la société de VTC, les compagnies de taxi et les représentants des gouvernements provinciaux. Elles doivent reprendre la semaine prochaine.


Rfi.fr

Dimanche 12 Juillet 2015 - 07:32



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter