En Algérie, la visite de Hollande fait aussi grincer des dents

François Hollande est attendu ce lundi, en début d’après-midi à Alger pour une visite officielle. C'est le deuxième déplacement du président français en Algérie depuis son élection. En trois ans, les autorités françaises et les autorités algériennes semblent avoir apaisé leurs relations. Mais au sein des élites algériennes, la visite passe mal.



C'est l'écrivain Kamel Daoud qui a pris la parole le premier. La visite de François Hollande est très maladroite selon lui, car elle permet à Abdelaziz Bouteflika de faire oublier son état de santé. Le journaliste de El Watan, Hacen Ouali juge lui qu'avec ce déplacement, Paris légitime le quatrième mandat du président : « Est-ce que l’Etat français n’apporte pas une caution, un soutien, à un régime qui n’arrive pas à ouvrir des perspectives sérieuses pour le pays ? Au-delà de l’impasse politique dans laquelle se trouve le pays, il y a une crise économique sérieuse et on a l’impression que Paris cautionne une situation politique de plus en plus intenable. »

Depuis le début de l'année, plusieurs présidents africains ont rencontré Abdelaziz Bouteflika. Mais pour Mourad Goumiri, enseignant en sciences politiques, la visite du président français est plus polémique : « S’il y a un pays qui connaît parfaitement l’état de santé du président algérien, c’est bien la France ! Il me semble [aussi] que c’est troublant que la France ne donne pas un avis clair en matière de droits de l’homme. »

Mauvais timing pour les uns, influence assumée pour les autres. Alors que le pouvoir se divise sur l'après-Bouteflika, la visite de François Hollande aura du mal à passer pour une simple visite « de courtoisie ».


Rfi.fr

Lundi 15 Juin 2015 - 07:34



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter