En Ouganda, les homosexuels lancent leur magazine, en défiant la loi et les préjugés



En Ouganda, les homosexuels lancent leur magazine, en défiant la loi et les préjugés

 Ouganda, l'homosexualité est illégale, mais Kasha Jacqueline Nabagesera refuse de se cacher et défend même depuis longtemps les gays et lesbiennes.

Son militantisme a toujours eu un prix: à la fac déjà, elle était la cible des tabloïds. "Ils écrivaient sur les +secrets des repaires de lesbiennes+", raconte la jeune femme, âgée de 34 ans.

Mais aujourd'hui, elle contre-attaque: en décembre, elle a lancé "Bombastic", le magazine de la communauté gay et lesbienne, proposé via un réseau informel de distribution.

La revue -- 72 pages sur papier glacé -- est gratuite. Elle contient des essais au ton personnel, des poèmes et commentaires de lesbiennes, gays, bisexuels et transsexuels ougandais (LGTB). Certains utilisent des pseudonymes. D'autres non.

Dans son éditorial, Kasha Jacqueline Nabagesera a affiché l'ambition du magazine: "Parler pour les sans voix".

Au fil des ans, les tabloïds ougandais, très lus, ont révélé l'homosexualité de nombreux amis et collègues de la jeune femme. Et souvent cherché à vendre du papier avec des histoires scabreuses.

Le sentiment antihomosexuel, très répandu dans le pays, y est largement relayé par les puissantes églises évangéliques, et la classe politique.

L'an dernier, une nouvelle loi avait été votée, qui renforçait une législation punissant déjà de prison à vie, depuis l'époque coloniale, les pratiques homosexuelles : elle s'attaquait cette fois à la "promotion" de l'homosexualité.

La nouvelle législation a été annulée à l'été, mais pour de simples raisons de procédure. Et les élus ougandais entendent bien revenir à la charge.

Kasha Jacqueline Nabagesera raconte que les tabloïds ougandais ont "inventé" toute sortes d'histoires à son sujet, l'accusant par exemple "de former des filles à devenir lesbiennes".

"Des gens ont perdu leur logement, leur travail, leur famille" à cause de ces histoires, poursuit-elle. L'une de ses connaissances, dont la photo avait été publiée, a été "battue en plein jour".

Ces quatre dernières années, poursuit la militante, les médias ougandais, en nommant et stigmatisant les membres de la communauté LGTB, ont largement contribué à leur harcèlement.

Les conséquences ont même parfois été extrêmes: en 2011, David Kato, célèbre militant gay et ami proche de la jeune femme, a été battu à mort avec un marteau. Quelques mois plus tôt, un tabloïd avait publié sa photo, sous ce titre: "Pendez-les".

 

- Cadeux de Noël -

 

Kasha Jacqueline Nabagesera a eu l'idée du magazine en 2013. Quand elle a lancé un appel à contributions sur Facebook, elle a reçu plus de 500 histoires. Le financement du magazine est lui participatif.

Huit Ougandais ont confectionné le premier numéro. Des bénévoles étrangers ont aussi participé à la mise en place d'un site internet, www.kuchutimes.com, plateforme pour la communauté LGTB au-delà même de l'Ouganda, à l'échelle du continent africain.

"Nous avons eu beaucoup de soutien à travers le monde", dit la jeune femme.

Le premier numéro de Bombastic est sorti en décembre, alors que les députés parlaient de relancer la nouvelle loi antigay, en guise de cadeau de Noël. 

"Alors nous avons dit, offrons-leur, nous, un cadeau de Noël", poursuit la militante. 

Au total, 15.000 exemplaires ont été imprimés, et offert à des lecteurs improbables.

"Nous avons apporté de nombreuses copies au Parlement, dans les bureaux du gouvernement, partout", raconte-t-elle.

Elle-même a déposé un exemplaire dans les casiers de députés, celui de David Bahati, l'auteur de la très controversée loi antigay de l'an dernier, ou celui de la présidente du Parlement, Rebecca Kadaga, féroce partisane de la législation.

Elle en a aussi remis un au président ougandais Yoweri Museveni.

Aucune personnalité politique n'a encore réagi, glisse-t-elle. Mais elle a entendu dire que "la femme du président a refusé de même ouvrir" le magazine. 

Le magazine a aussi été distribué aux églises, aux médias, aux moto-taxis à travers tout le pays, grâce à un réseau de 138 bénévoles.

"Les gens veulent participer au projet", affirme-t-elle.

Le Red Pepper, important tabloïd du pays, qui avait publié l'an dernier une liste des "principaux homos" d'Ouganda, a été le premier média servi.

"Ils ont refusé d'écrire quelque chose sur (le magazine), ils étaient en colère bien sûr, parce que dans mon introduction, je tape sur les média", dit la jeune femme.

Bombastic a fait un tabac, assure-t-elle. Mais dans l'est et l'ouest du pays, des copies du magazine ont été brûlées. Des distributeurs ont reçu des menaces.

Kasha Jacqueline Nabagesera a été menacée de poursuites après le dépôt d'un numéro dans une église. 

D'autres lui ont dit qu'ils espéraient qu'elle "se fasse renverser par une voiture".

Le ministre ougandais de l'Ethique et de l'Intégrité, Simon Lokodo, l'a même menacée d'arrestation, pour "promotion" de l'homosexualité. La menace restera cependant en l'air tant qu'une nouvelle loi n'aura pas été votée.

Mais Kasha Jacqueline Nabagesera refuse de se laisser intimider. Si les ressources humaines et financières suivent, elle espère publier d'autres numéros de son magazine, et pour l'instant tirer des exemplaires supplémentaires du premier numéro.

"Ce que nous souhaitons, espérons, c'est qu'en lisant ne serait-ce qu'une histoire, les gens changent d'attitude", confie-t-elle.


Slateafrique

Vendredi 20 Février 2015 - 17:26



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter