En Tunisie, la mobilisation pour la démission du gouvernement ne faiblit pas

Après la manifestation de samedi 24 août au soir, l'opposition poursuit sa mobilisation pour faire tomber le gouvernement. Une campagne de la colère est prévue pendant toute la semaine et doit s'étendre aux régions. Elle vise le départ de personnes nommées par le pouvoir à la tête de certains gouvernorats. Pour Jilani Hammami, porte-parole du parti de gauche le Front populaire, ces sit-in doivent rester une force de pression pacifique.



Des manifestants hostiles au gouvernement agitent le drapeau de la Tunisie le 24 août 2013. REUTERS/Anis Mili
Des manifestants hostiles au gouvernement agitent le drapeau de la Tunisie le 24 août 2013. REUTERS/Anis Mili
Jilali Hammani
Porte-parole du Front populaire, un parti de gauche au micro de Lilia Blaise
C’est le déclenchement d’un nouveau processus de pression sur le gouvernement. Probablement qu’il va finir d’ici une quinzaine de jours par une journée de manifestation générale dans tout le pays (…) pour obliger le gouvernement à la démission.

Dépéche

Lundi 26 Août 2013 - 12:32



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter