En direct: marée humaine historique à Paris

Au moins 1,5 million de manifestants arpentent les rues de la capitale ce dimanche 11 janvier, pour envoyer un signal fort, après les attaques meurtrières subies par la France ces derniers jours. Au démarrage du cortège, une soixantaine de chefs d'Etat et de gouvernement, ainsi que des représentants d'organisations internationales et européennes, ont défilé en rangs serrés autour de François Hollande.



17h50 : Les rues et les avenues adjacentes au parcours du cortège débordent de manifestants.

 

Rue de la Roquette (XIe arrondissement), ce 11 janvier 2015, à proximité du parcours officiel de la marche républicaine.RFI/Géraud Bosman

 

17h25 : La marche républicaine est un rassemblement d'ampleur « sans précédent », le comptage officiel est « impossible » annonce le ministère de l'Intérieur. « Les manifestants sont dispersés sur un périmètre beaucoup plus large que les trajets initialement prévus », a affirmé le ministère.

17h15 : Après avoir quitté la marche républicaine, François Hollande a rendu visite à 
Livry-Gargan (Seine-Saint-Denis), à la famille d'Ahmed Merabet, le policier froidement abattu par les frères Kouachi après l'attaque des locaux de Charlie Hebdo mercredi, annonce l'Elysée.

17h00 : Les manifestants peuvent à nouveau avancer vers la place de la Nation. La queue du cortège n'a pas encore quitté la place de la République.

16h45 : Selon l'un des organisateurs de la marche, près de 1,5 million de manifestants sont présents.

16h15 : C'est une foule sans précédent depuis la Libération qui bat le pavé parisien. Les Marseillaise spontanées fusent dans le cortège où fusent les « Charlie ! Charlie ! », « Liberté ! ». L'ampleur de la mobilisation est en train de transformer le défilé en un rassemblement immobile, les manifestants ne peuvent plus avancer.

 

Pour la France, on veut un pays de libertés (...) je suis venu avec un stylo, c'est pas un stylo qui va provoquer un meurtre...
Anomah, un manifestant parisien11/01/2015 - par Franck AlexandreÉcouter

 

16h00 : Le Premier ministre Manuel Valls quitte le rassemblement sous les applaudissements, accompagné de plusieurs ministres, dont Najat Vallaud-Belkacem (Education) et Emmanuel Macron (Economie).

15h58 : Avant de partir, le président français dialogue avec les familles et les proches des victimes des attaques jihadistes, dont le dessinateur de Charlie Hebdo, Luz, et le docteur Patrick Pelloux, autre collaborateur du journal.

15h48 : François Hollande et les dirigeants internationaux quittent le cortège.

 

 

15h45 : Le cortège marque une pause, François Hollande donne l'accolade aux chefs d'Etat et de gouvernement qui l'accompagnent. Les dirigeants internationaux observent une minute de silence.

15h25 : Le cortège de la manifestation s'est élancé avec en première ligne les chefs d'Etat, de gouvernement et personnalités politiques, applaudis par la foule. Le Palestinien Mahmoud Abbas marche à quelques mètres de l'Israélien Benyamin Netanyahu. Tous les dirigeants présentent une mine grave et avancent en rangs très serrés.

15h10 : Pour le Britannique David Cameron, la menace jihadiste sera « avec nous pour encore beaucoup d'années ». Mais l'Europe « va gagner le défi contre le terrorisme », assure le chef du gouvernement italien Matteo Renzi à des journalistes. « Paris est aujourd'hui la capitale du monde », salue François Hollande. « Le pays tout entier va se lever vers ce qu'il a de meilleur », déclare le président français.

14h53 : La rencontre entre chefs d'Etat et de gouvernement à l'Elysée a été l'occasion, pour François Hollande, Angela Merkel et Petro Porochenko, de s'entretenir brièvement au sujet de la guerre en Ukraine, nous apprend la présidence française.

 

 

14h50 : Place de la République, notre envoyé spécial Guilhem Delteil a recueilli le témoignage d'une jeune fille, qui confie sa « crainte » en venant à la manifestation. Elle dit avoir fait le choix de venir « pour dire qu’on doit être tous ensemble, tous unis, se respecter et que tous les musulmans de France ne sont pas des terroristes ». Pour ce blogueur tchadien, l’important est de mener un « combat pour la liberté d’expression ». « Je suis un réfugié politique et je suis reconnaissant envers la France mais aussi envers les journalistes français et ce qui s’est passé est affligeant pour l’humanité. Je suis venu manifester pour montrer mon indignation envers cet acte barbare, criminel et cruel de ces groupes jihadistes. »

14h44 : Les personnalités politiques reçues par François Hollande quittent à l'instant l'Elysée en bus pour rejoindre la mairie du XIe arrondissement de Paris. Des barrières de sécurité sont installées le long des trottoirs au point d'arrivée, des estrades remplies de journalistes attendent les délégations. Ces dernières démarreront le cortège, explique notre envoyée spéciale Véronique Gaymard, présente au point d'arrivée, où des dizaines d'agents de sécurité sont en place, des motards, et aussi de nombreuses personnes en civil, avec des brassards rouges. Les familles attendent, avec l'avocat du journal et le dessinateur Luz.

 

« Il ne faut pas lâcher contre ces terroristes, ils ont détruit un des piliers de la France qui est la liberté d’expression »11/01/2015 - par Franck AlexandreÉcouter

14h33 : Le flux des arrivées place de la République reste constant, témoigne notre envoyé spécial Guilhem Delteil. « Ce qui marque, c'est la diversité de la foule », ajoute-t-il. Et d'évoquer une immense diversité d'âges, avec des personnes dont les parents ont vécu la Deuxième Guerre mondiale et qui font un parallèle entre les récentes attaques et la barbarie nazie ; et des jeunes aussi, des enfants d'une dizaine d'années seulement, qui ont évoqué ces attentats et les réactions à l'école. L'un d'eux dit défendre le droit de « faire n'importe quoi ». Beaucoup de musulmans sont venus dire qu'ils rejettent les amalgames entre l'islam et le terrorisme.

14h13 : David Cameron, Angela Merkel et Benyamin Netanyahu sont arrivés à l'Elysée. Les familles des victimes de la rédaction de Charlie Hebdo sont pour leur part arrivées place de la République.

 

Luc Ferry, ancien ministre: «Je suis Charlie, je suis la police, je suis juif, je suis musulman»11/01/2015 - par Pierre FirtionÉcouter

14h10 : Le président Hollande est désormais debout depuis une heure, sur le perron de l'Elysée, pour accueillir ses invités les uns après les autres. Parmi les derniers arrivés : l'ancien président Nicolas Sarkozy, ou les anciens Premiers ministres Dominique de Villepin et Jean-Pierre Raffarin. Autres invités de marque : le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas salué par une longue et chaleureuse poignée de main, et le président Issoufou du Niger que le président Hollande est descendu accueillir au bas des marches, rapporte Anissa el Jabri, notre envoyée spéciale au palais présidentiel.

13h50 : La foule dense déborde déjà sur les artères aux alentours de la place de la République. Quelques variantes dans les slogans aperçus : « Marianne est Charlie », « Je suis juif ». La foule scande : « Liberté ! », « Charlie ! », sous des tonnerres d’applaudissements et dans une forêt de drapeaux tricolores brandis par des citoyens de toutes origines. Sur le côté de la place, de nombreux CRS et des centaines de journalistes venus du monde entier.

13h30 : L’Elysée a distribué la liste définitive et officielle de toutes les personnalités qui seront présentes ce dimanche 11 janvier à la manifestation, nous rapporte notre envoyée spéciale à l’Elysée Anissa el Jabri. Outre les représentants cités plus bas, à noter la présence d'une représentation de l'Unesco. Les anciens Premiers ministres et les sénateurs de droite comme de gauche entourent le gouvernement Hollande-Valls. Dans la salle de presse, toutes les chaînes internationales sont présentes. La salle est aux couleurs de l’événement avec des autocollants « Je suis Charlie » et des caricatures de Charlie Hebdo. Les drapeaux sont en berne.

13h10 : Les premiers arrivés à l'Elysée ont été le Premier ministre belge Charles Michel et Michaëlle Jean, qui a pris récemment la tête de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF), rapporte notre envoyée spéciale à l'Elysée Anissa el Jabri. Michel Rocard, ancien Premier ministre de François Mitterrand, a été le premier des anciens responsables politiques français invité à franchir le perron du palais présidentiel. Et le premier responsable politique africain a été le Premier ministre tchadien Kalzeube Payimi-Deube, accueilli par Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères.

13h07 : La marche partira de la place de la République, déjà noire de monde. Une marée humaine est en train de se masser au pied de la statue symbolisant la nation, relate notre envoyé spécial Franck Alexandre. « Je suis Charlie », le slogan s’affiche sur toutes les poitrines, sur toutes les banderoles et partout beaucoup de drapeaux tricolores. De nombreuses familles ont fait le déplacement, de nombreux enfants sont là et tous sont venus apporter un message : la nation fait bloc face au terrorisme. Les autorités estiment qu’il pourrait y avoir plus d’un million de personnes cet après-midi dans les rues de Paris. 2 300 policiers sont déployés le long du parcours, un dispositif hors norme.

 

«Ce n'est pas l'islam, ce sont des assassins»11/01/2015 - par Franck AlexandreÉcouter

12h20 : Matteo Renzi, Angela Merkel, Mariano Rajoy et David Cameron sont attendus. Les représentants des institutions européennes également. Le terrorisme fait l'objet d'une réunion ministérielle Union européenne-Etats-Unis dans la matinée. Cliquer pour accéder à notre article.

12h20 : Une cinquantaine de hauts responsables étatiques du monde sont annoncés à Paris pour participer à cette marche inédite dans les rues de Paris. Des rassemblements sont prévus partout dans le monde en écho. En savoir plus sur notre site.

 

«Je suis de la deuxième génération, et j'ai été baigné avec Charlie»11/01/2015 - par Franck AlexandreÉcouter

12h20 : Parmi les leaders attendus, plusieurs seront des Africains. Au moins six leaders du continent seront présents, dont le Malien Ibrahim Boubacar Keïta, deux ans jour pour jour après le lancement de l'opération Serval. Cliquer pour lire notre article.

12h20 : Des mesures de sécurité exceptionnelles ont été adoptées pour la marche, qui rassemblera des centaines de milliers de personnes et une cinquantaine de chefs d'État et de gouvernement. En savoir plus sur notre site.


Rfi

Dimanche 11 Janvier 2015 - 19:05



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter