En direct : nouvelle manifestation pour un pouvoir aux mains des civils

Trois jours après le soulèvement qui a provoqué la démission de Blaise Compaoré, les pièces du puzzle politique au Burkina Faso se mettent peu à peu en place. Les hauts gradés de l'armée ont mis fin à leurs dissensions, désignant le lieutenant-colonel Zida aux dépens de son rival, le chef d'état-major des armées, le général Nabéré Honoré Traoré. La situation demeure toutefois incertaine. L'opposition et la société civile ont exigé samedi une transition « démocratique et civile ». Elles appellent ce dimanche matin à un nouveau rassemblement à Ouagadougou à partir de 8h00TU pour dénoncer le choix d'un militaire à la tête de l'Etat.



9h55 : La situation au Burkina est scrutée avec attention par d’autres pays africains comme la RDC où le débat sur une possible révision constitutionnelle fait rage. Des politiques congolais, dont certains de la majorité, affirment que, partis pour s’inspirer des stratégies du maintien au pouvoir de Blaise Compaoré, les membres de cette délégation ont appris une autre leçon. Les derniers bouleversements au Burkina Faso ont au contraire montré comment on pouvait quitter le pouvoir si l'on ne respectait pas les textes auxquels on avait soi-même souscrit. Dans la mouvance kabiliste, on parle d’une autre cartouche pour éviter l’alternance : il s’agit du recensement général. Pour certains ténors de la majorité, le recensement devrait glisser jusqu’en 2019, ce qui ne permettrait pas la tenue de la présidentielle avant cette date. Mais dans la population, certains disent croire en la capacité du peuple congolais de réaliser le tour de force des Burkinabè.
9h30 : Alors que la manifestation est en marche, la médiation internationale s’est mise au diapason de la société civile en appelant à la mise en place d'un régime de transition « conduit par un civil » et « conforme à l'ordre constitutionnel ». Dans le cas contraire, elle a évoqué la menace de « sanctions ». « Nous voulons éviter pour le Burkina Faso la mise en place de sanctions », a en effet déclaré l'émissaire de l'ONU pour l'Afrique de l'Ouest, Mohamed Ibn Chambas lors d'une conférence de presse au nom de la mission de concertation tripartite ONU-Union africaine-Cédéao (Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest). La mission de concertation s'est également entretenue avec la hiérarchie militaire et le lieutenant-colonel Zida, qui ont « assuré avoir bien compris le message délivré », a indiqué l'émissaire de l'ONU à l'Agence France-Presse.
8h30 : Au micro RFI de Yaya Boudani, Luc Marius Ibriga, président du Focal, membre du front de résistance citoyenne, résumait hier soir l’état d’esprit dans lequel se trouve la grande majorité des manifestants aujourd'hui : « Pour nous, il n’est pas question que cette insurrection populaire soit transformée en un coup d’Etat, affirmait-il. En prenant la décision de suspendre la Constitution, le colonel Zida a opéré un coup d’Etat et il faut que la société civile et les démocrates de ce pays réagissent rapidement pour que nous ne soyons pas dans une situation de vide juridique, de vide politique et de vide constitutionnel ». « Et nous exigeons, reprenait-il, la levée de la suspension de la Constitution et l’ouverture d’une transition civile et démocratique qui serait dirigée par une structure consensuelle qui adopterait une charte de la transition, pour nous permettre de revenir à un fonctionnement régulier des institutions ».
L'Union africaine en appelle elle aussi à une transition civile au Burkina Faso et elle a demandé aux forces armées de « se mettre à la disposition des autorités civiles et de s'abstenir de tout acte ou propos qui pourrait envenimer la situation » dans un communiqué publié hier samedi. Reste que la délégation qui mène actuellement la médiation a annulé une conférence de presse qui devait se tenir dans la soirée d’hier pour trouver une sortie à la crise.
8h00 : « Pas question de gérer la transition sans nous » tel est le mot d‘ordre des manifestants sur la place de la Nation à Ouagadougou, rebaptisée provisoirement place de la Révolution. Sans s’opposer directement à l’armée pour le moment, l’opposition et la société civile souhaitent que la transition soit « encadrée » et non laissée aux seules mains des militaires. Sur place, le rassemblement se passe bien pour le moment. Des groupes se forment peu à peu et les discussions vont bon train
LA SITUATION AU MATIN DU 2 NOVEMBRE
7h30 : L’échiquier pour l’installation de la transition démocratique se met peu à peu en place. L’armée parle désormais d’une seule voix en la personne du lieutenant Yacouba Isaac Zida qui se sera finalement imposé devant le général Traoré au terme de longues heures de tractations. Un lieutenant-colonel donc pour assurer l’intérim présidentiel, qui fut publiquement adoubé par les représentants de la société civile et notamment les leaders du collectif, Balais citoyen, réunissant vendredi soir une immense foule place de la Nation.
La démarche : demander aux Burkinabè parfois sceptiques ou même hostiles de laisser sa chance à l’armée dans cette tâche délicate d’organiser la transition. Mais c’était compter sans l’opposition politique burkinabè qui samedi soir a refusé de voir un militaire chapeauter le processus, soutenu en cela par l’Union africaine qui appelle à une « transition civile ».
La mosaïque de l’opposition, réunie dans le CFOP, cherche sans doute à se ménager une place dans la perspective des grandes décisions à venir, par exemple une possible réécriture de la Constitution, l’organisation du prochain scrutin présidentiel ou la composition d’un gouvernement provisoire. Sera-t-elle soutenue par la population qui ne sait plus très bien à quel saint se vouer ? En cela, le meeting prévu ce matin, place de la Nation va avoir valeur de test pour les opposants de l’ex-président Compaoré.

RFI

Dimanche 2 Novembre 2014 - 11:27



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter