En réaction à la reconnaissance du génocide arménien par l’Allemagne, la Turquie rappelle son ambassadeur à Berlin



En réaction à la reconnaissance du génocide arménien par l’Allemagne, la Turquie rappelle son ambassadeur à Berlin
Angela Merkel ? Absente. Sigmar Gabriel ? Absent. Frank-Walter Steinmeier ? Absent. Que ni la chancelière, ni le vice-chancelier, président du Parti social-démocrate, ni le ministre des affaires étrangères allemand n’aient participé, jeudi 2 juin, au vote historique du Bundestag condamnant le génocide arménien de 1915 en dit long sur l’embarras du gouvernement. Cela n’a pas empêché les députés d’adopter à main levée, à la quasi-unanimité, la résolution portant sur la « commémoration du génocide des Arméniens et autres minorités chrétiennes dans les années 1915 et 1916 ».

Ce vote risque en effet de compliquer encore des relations déjà tendues avec Ankara, notamment sur l’application d’un accord controversé entre l’Union européenne et la Turquie, porté par Berlin, qui a permis de réduire considérablement l’afflux de migrants en Europe. Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, menace de ne pas appliquer ce pacte, faute d’obtenir à ses conditions une exemption de visa Schengen pour ses concitoyens.

Quelques minutes après le vote, la Turquie a qualifié l’adoption du texte d’« erreur historique » de l’Allemagne, considérant cette résolution comme « nulle et non avenue », et a aussitôt décidé de rappeler son ambassadeur à Berlin. L’Arménie a, elle, salué « un apport appréciable de l’Allemagne à la reconnaissance et à la condamnation internationale du génocide arménien ».

« La Turquie a réagi (...), et j’espère que nous arriverons dans les jours et semaines à venir à éviter qu’il y ait des réactions excessives », a dit, selon un communiqué, Frank-Walter Steinmeier, en déplacement en Argentine.

« L’empire allemand porte une part de responsabilité »
Rédigée par Cem Özdemir, coprésident du groupe écologiste au Bundestag – et lui-même d’origine turque –, cette résolution était non seulement portée par les Verts mais également par l’Union chrétienne-démocrate (CDU) et le Parti social-démocrate (SPD). Lors de la réunion de son groupe parlementaire, mardi 31 mai, Angela Merkel a d’ailleurs approuvé le texte. On peut notamment y lire que le Bundestag « déplore les actes commis par le gouvernement Jeunes-Turcs de l’époque, qui ont conduit à l’extermination quasi totale des Arméniens ».

Le Bundestag regrette aussi « le rôle déplorable du Reich allemand qui, en tant que principal allié militaire de l’Empire ottoman (…) n’a rien entrepris pour arrêter ce crime contre l’humanité ». « L’Empire allemand porte une part de responsabilité dans ces événements. » Pendant la première guerre mondiale, l’Allemagne était alliée à l’Empire ottoman. Sa connaissance des massacres, voire sa participation aux côtés de l’armée ottomane, apparaît peu à peu au grand jour.

537 associations turques ont écrit aux députés
En juin 1915, l’attaché naval allemand Hans Humann écrivait notamment : « En raison de leur complot avec les Russes, les Arméniens sont plus ou moins exterminés. C’est dur mais nécessaire. » Les Arméniens estiment à 1,5 million le nombre de victimes de ce génocide, reconnu par une vingtaine de pays, dont la France. Ce rôle de Berlin dans le génocide – longtemps sous-estimé – explique en partie que l’Allemagne ait tardé à le reconnaître officiellement.

Mais aussi, dans un pays où plusieurs millions d’habitants sont turcs ou d’origine turque, le sujet est politiquement sensible. 537 associations turques ont récemment écrit aux députés en leur demandant de ne pas approuver la résolution. Lors de l’ouverture du débat, le président du Bundestag, Norbert Lammert, a fait part de « menaces de mort », « inacceptables », reçues par des députés, notamment issus de l’immigration.

La troisième raison pour laquelle le texte est sensible est bien sûr la crise des migrants. Depuis octobre 2015, Angela Merkel a mis la Turquie au centre de la stratégie européenne pour tenter d’en limiter l’arrivée dans l’Union européenne. Ces efforts ont abouti à l’accord conclu en mars qui prévoit notamment le renvoi en Turquie des réfugiés se rendant en Grèce. La résolution des Verts aurait initialement dû être débattue en février. C’est sous la pression de la CDU et du SPD que la discussion a été reportée à juin. En contrepartie, la CDU avait assuré aux Verts qu’elle l’approuverait.

« L’espoir » d’une réconciliation

Lors du débat, jeudi, plusieurs intervenants ont tenu à rappeler que « le gouvernement turc actuel n’est pas responsable du génocide ». Dans une tribune publiée dans la Frankfurter Allgemeine Zeitung de jeudi, Volker Kauder, le président du groupe CDU-CSU au Bundestag, explique qu’« aucun reproche » n’est fait au peuple turc, mais que le Bundestag ne fait que « décrire un crime contre l’humanité », reconnu comme tel par les historiens. Il exprime « l’espoir que la Turquie et l’Arménie se réconcilient ». Ce qu’a aussi souhaité Cem Özdemir dans son discours au Bundestag.

Ces derniers jours, le président Erdogan a téléphoné à Angela Merkel, la mettant en garde contre les conséquences d’un tel vote sur les relations bilatérales. C’est une des raisons pour lesquelles le ministre des affaires étrangères, M. Steinmeier, est très réservé sur le texte. « La reconnaissance par l’Allemagne de certaines allégations infondées et déformées constitue une erreur historique », a réagi le porte-parole du gouvernement turc, Numan Kurtulmus, sur son compte Twitter jeudi, ajoutant que « pour la Turquie, cette résolution est nulle et non avenue ».

Néanmoins, Berlin semble espérer qu’au-delà de protestations formelles, la Turquie ne décidera pas des représailles concrètes contre l’Allemagne. Le pays est trop isolé sur la scène internationale, et son nouveau premier ministre, Binali Yildririm, aurait comme objectif, selon le quotidien turc Hürriyet, d’avoir « plus d’amis et moins d’ennemis ».

LeMonde.fr

Jeudi 2 Juin 2016 - 23:26



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter