Energies renouvelables pour augmenter la production agricole: les femmes rurales sont des actrices clés du changement



«Les femmes rurales sont en train de changer l’accès à l’énergie dans les régions de Tambacounda et Kédougou à travers la vente de lampes solaires, de foyers améliorés, et en utilisant les énergies renouvelables pour augmenter leur capacité de production agricole, de vente de fruits, légumes, boissons, produits halieutiques et produits de bétail», lit-on dans le communiqué parvenu à Pressafrik.com.

Ledit document précise que «les femmes et les filles (en particulier dans les zones rurales et péri-urbaines) sont principalement responsables de l'acquisition et l'utilisation de combustibles de cuisson, ou encore des tâches ménagères quotidiennes. Elles ont donc tendance à porter le fardeau de la «pauvreté énergétique», ayant un impact négatif sur leur santé, éducation et moyens de subsistance».
Ainsi, «environ 600. 000 décès chaque année en Afrique sont dus à la pollution de l’air intérieure générée par l'utilisation traditionnelle de combustibles solides tels que le bois et le charbon de bois. La plupart sont des femmes et des enfants. Aussi, le manque d’accès à des sources d’éclairage compromet la sécurité des femmes et filles dans les espaces publics».

«Le manque d'accès à l'énergie porte surtout atteinte aux femmes et filles rurales, et a un impact négatif sur leur qualité de vie. Mais surtout, les femmes ont un grand rôle à jouer pour rendre des solutions énergétiques propres et durables accessibles à leurs communautés éloignées», explique Penda Seck Diouf, Responsable du Groupe Initiative Femme (GIF).

«Les femmes rurales sont des actrices clés du changement. Principalement touchées par le manque d'énergie propre, elles sont les mieux placées pour évaluer les besoins et les défis. Soutenir les femmes entrepreneurs dans le secteur de l’énergie permettra d’étendre l’accès à des sources d’éclairage et technologies de cuisine plus propres et moins coûteuse», déclare Safiétou Drame, Responsable de la Fédération des Associations de Femmes Sénégalaises (FAFS), section de Dakar.

Germaine Dione est «l’une de ces femmes entrepreneurs qui a un impact positif sur le quotidien des communautés à Nguène, Tambacounda, où elle et son groupement de femmes possèdent une unité de transformation alimentaire. En raison du manque de réfrigération, elles ne pouvaient auparavant seulement produire des aliments secs tels que de la farine, du couscous et des fruits secs. Depuis l'installation de son réfrigérateur solaire en juin 2016, Germaine a pu diversifier ses activités commerciales et vend désormais du jus, de la crème glacée, du lait et de l'eau douce. En un mois, l'entreprise a réalisé un bénéfice d’environ 101 000 francs CFA».

«J’ai pu obtenir ce frigo solaire à crédit et j’ai reçu une formation en affaires et marketing pour tirer le mieux de mon nouvel achat. Grâce aux conseils reçus j’ai diversifié mon offre, ce qui me permet de générer plus de revenus tout en satisfaisant mes clients qui ont désormais plus de choix», confie-t-elle.
Des interventions énergétiques bien conçues peuvent «non seulement profiter aux femmes en tant que consommatrices, mais également en tant que fournisseurs». Les solutions d'énergies renouvelables comme l'énergie solaire, l'énergie de cuisson propre et même le biogaz créent des opportunités économiques pour les femmes en tant que productrices et vendeuses de produits et services énergétiques.
 
A cet effet, «un groupe de travail genre-énergie a été établi au Sénégal par Energy 4 Impact, en collaboration avec le Ministère de l’Energie, diverses ONG du secteur de l’énergie et la société civile, travaillant de près avec l’initiative Energie Durable pour Tous (SE4ALL) pour veiller à ce que le potentiel de l'entreprenariat féminin soit pleinement utilisé dans la lutte contre la pauvreté».

La journée internationale de la femme rurale sera célébrée ce 15 octobre


Vendredi 14 Octobre 2016 - 16:07



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter