Enquête sur l’affaire du Fokker de l'armée sénégalaise : La vétusté de l’appareil démentie



L’atterrissage forcé de l’avion militaire sénégalais au Mali ne devrait pas aussi être inscrit sur le compte d’un vieil appareil qui a cédé sous le poids de l’âge. Ces remarques sont d’un expert en matière d’aviation qui pense qu'il, « n’est pas vrai de dire que le Fokker est vieux » et de s’en limiter à cette explication simpliste, même si c’est un ancien chef d’Etat-major qui le dit.

L’expert en matière d’aviation, d’expliquer que les avions militaires passent des petites et des grandes visites. « Les grandes visites, se font tous les 5 ou 6 ans. A ce moment, l’avion rentre dans un hangar spécialisé, où il est immobilisé pendant deux ou trois mois. Tout est remis en question, y compris le moteur. Il s’agit en fait d’une révision générale. A sa sortie, il peut encore voler pendant 5 ou 6 ans, car il est remis pratiquement à neuf. Le problème de l’âge ne se pose nullement », a-t-il martelé.
 
Refusant d’écarter la thèse d’un sabotage, l’expert qui s'est livré à nos confrères de dakaractu, signale qu’un mauvais carburant peut être la cause s’il s’agit d’une extinction des deux moteurs. Ainsi explique-t-il : « quand les moteurs ingurgitent le carburant ou l’eau qu’il peut contenir par accident, il peut y avoir arrêt des réacteurs ». Rappelant que les avions militaires n’ont pas pour vocation de servir au transport civil, il se désole de remarquer que ce fut le cas dans cette affaire. « Il faut qu’une enquête sérieuse soit menée et les responsabilités situées parce que ces avions ne doivent pas servir au commerce. Les pilotes doivent aussi être régulièrement bien entraînés». 
 
 


Jeudi 5 Novembre 2015 - 10:41



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter