Enquête sur les biens mal acquis – Farba Senghor devant la Gendarmerie de Colobane : « C’est une enquête électoraliste pour déstabiliser sa formation politique… »

Le Président du Sénat, Pape Diop et l’ex-ministre de la Solidarité, Farba Senghor, ont ouvert ce jeudi 31 mai le bal des auditions sur l’affaire des biens mal acquis. Si le premier n’a fait aucune déclaration, M. Farba Senghor, quant à lui a martelé que « c’est une enquête électoraliste » dont le seul but est de déstabiliser la formation politique à laquelle, il appartient.



Enquête sur les biens mal acquis – Farba Senghor devant la Gendarmerie de Colobane : « C’est une enquête électoraliste pour déstabiliser sa formation politique… »
«C’est dans le cadre de l’enquête des biens mal acquis que j’ai été convoqué par la brigade de recherche de la gendarmerie de Colobane. J’ai été interrogé par les gendarmes sur les biens que j’ai pu acquérir. Comment je les ai acquis et sur mon parcours», a confié Farba Senghor sur les ondes de Sud FM.

Farba Senghor tout en se félicitant du déroulement de l’interrogatoire, déplore tout de même ce qu’il considère comme une «enquête à caractère électoraliste, de propagande politique» dans le but de «déstabiliser le PDS afin qu’il aille (aux élections législatives) en ordre non seulement dispersé mais aussi timoré».

Et plus loin il ajoute : «j’ai répondu véritablement avec beaucoup de sérénité. Parce que, j’ai acquis tous mes biens dans la transparence». Mieux précise-t-il, «je n’ai pas de comptes à l’étranger. Je ne dispose pas non plus de building comme on l’a raconté partout dans la presse».

Farba Senghor révèle d’ailleurs avoir ordonné aux enquêteurs de réquisitionner les buildings lui appartenant s’ils en trouvent, selon le journal « Sud Quotidien ».

L’ancien ministre de la solidarité dit également sa «fierté» par le fait que les interrogations aient démarré par lui. «Cela prouve je reste le rempart du PDS et que c’est reconnu par nos adversaires, par tous les Sénégalais».

«Je crois que c’est une tentative de déstabilisation du PDS», indique-t-il. Pour cause, souligne-t-il, «je m’étais dit qu’un ancien ministre, s’il commet un délit dans l’exercice de ses fonctions, devrait être poursuivi par la Haute Cour de Justice. Par la suite, je me suis dit : en ce qui me concerne, c’est la grande transparence, je n’ai rien à cacher. Mieux vaut alors leur expliquer et répondre à leurs questions».

«Je n’ai aucun compte à l’étranger, je n’ai détourné aucun sou. Depuis trois ans, je ne gère rien du tout. C’est pourquoi, je pense que c’est une affaire politique», conclut-il.

Dans les jours à venir, il faut noter que d’autres personnalités de l’ancien régime devraient suivre. Les noms Karim Wade, Cheikh Tidiane Sy, Ousmane Ngom, Abdoulaye Baldé, Awa Ndiaye, Ndèye Khady Diop, Sindiély Wade etc. sont déjà cités dans la presse.




Vendredi 1 Juin 2012 - 11:03



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter