Enrichissement illicite : Karim Wade et "sa presse"



Enrichissement illicite : Karim Wade et "sa presse"
Karim WADE cherche t-il des alliés dans la presse ? C’est une question de notre confrère Dakar actu, son texte est repris sur PRESSAFRIK mais il interpelle en plus de ça notre profession relativement à l’éthique et à la déontologie. Nous sommes nombreux à croire que les questions d’éthique et de déontologie sont complexes parce que ce sont aussi des valeurs relevant de la volonté de l’homme et de la femme, de leurs convictions, de leur éducation. N’empêche il faut continuer à se battre pour limiter les dégâts d’une profession comme le journalisme au Sénégal, exercée par certains aux antipodes de ses valeurs.

En lisant certains journaux qui ont rapporté le diner de Karim WADE et son ami Cheikh DIALLO, nous avons eu juste le sentiment que ces confrères qui suivent le fils de l’ancien président, sont comme de véritables journalistes à la recherche de l’information par tout et à tout moment. « Même si aucun reportage ne vaut la vie ! » dixit Diatou CISSE du SYNPICS.

Seulement le constat et les interrogations de Dakar actu sont légitimes, « (…) Des journalistes, au rang desquels Alassane Samba DIOP, Pape Samba DIARRA, Cheikh Mbacké GUISSE et Daouda DIARRA, ont été aperçus, assis autour d'une table avec... Karim Wade. Non, vous ne rêvez pas ! Approchés par Dakar actu, certains nous ont fait savoir qu'ils ont été avertis d'une rencontre entre le fils bien aimé de l'ancien chef de l'Etat et son "frère", Cheikh DIALLO. La raison invoquée pour justifier leur présence en ces lieux est pour le moins surprenante, pour ne pas dire hirsute, quand on sait que tous occupent dans leurs organes respectifs des positions de premier plan ! Et tout ceci, juste pour couvrir un dîner entre deux amis ? N'aurait-il pas juste suffi d’y envoyer un reporter ? En tout cas, les supputations vont bon train, et nous ne serions pas surpris de voir, dans les jours à venir, un traitement plus favorable en faveur de l'ex-homme fort du régime défunt, dans leurs organes (...) ».

Effectivement la justification de leur déplacement n’est pas convaincante parce que dans leur organe respectif, ils ont donné l’impression qu’ils n’étaient pas au rendez-vous, ils n’ont pas signé de papier dans ce sens mais ce sont leurs « capteurs » comme d’habitude qui les ont informés. Pour Alassane Samba DIOP aussi pas de compte rendu à la radio. Voilà donc une situation confuse qui pour le moment révèle des journalistes qui cherchent à donner un coup de main à un homme, consultance payée bien sûr avec comme intermédiaire leur confrère Cheikh DIALLO. Reste pour eux de démontrer le contraire ! Sincèrement j’ai du mal à croire à cette histoire mais…

Si maintenant l’histoire est établie, Karim WADE, Cheikh DIALLO et leurs amis se trompent lourdement, ils peuvent ajouter dans la confusion et la manipulation de l’opinion mais ils ne peuvent absolument rien sur la marche de la Justice pour l’éclatement de la vérité si bien sûr c’est cela la volonté des autorités qui ont promis la rupture depuis le 22 mars 2012.

Non c’est triste pour surtout Karim WADE qui a dépensé dans le passé des millions et des millions dans sa communication en amenant des journaux et des télévisions au Sénégal et qui aujourd’hui encore ne comprend pas que la communication n’est pas le mensonge, que la communication n’a pas empêché la chute de son père, renversé par la seule détermination du peuple sénégalais. D’ailleurs sur ce même registre, il faut regretter le fait que l’actuel chef d’Etat est mené dans les mêmes pratiques par certains de ses communicants.

C’est triste aussi pour des journalistes qui foulent au pied la volonté de tout un peuple qui cherche à vivre autrement et écarter à jamais dans sa marche des dirigeants qui ne se soucient que de leur intérêt. La presse est du côté du peuple, la presse d’opinion peut défendre son camp politique mais tous ceux qui sont cités ici sont considérés comme très loin du journalisme d’opinion. D’ailleurs pour la petite histoire c’est Alassane Samba DIOP qui a exclu la lecture du journal le Pays au quotidien dans la revue de la presse sur Rfm considérant que le journal de Cheikh DIALLO est un journal d’opinion. Alassane Samba DIOP n’avait pas apprécié que le journal le Pays le cite parmi « les conseillers du soir du couple présidentiel ». Aujourd’hui ce même Cheikh DIALLO est cité comme intermédiaire dans une rencontre où l’on retrouve Alassane Samba DIOP. Ce n’est pas clair tout ça !

Des accusations sont dans l’air, comme Karim WADE qui va certainement apporter toutes les preuves de sa fortune, nos confrères vont aussi éclairer la lanterne de l’opinion sur ce fameux diner d’Alkimia aux Almadies. Demain il fera jour…



Samedi 24 Novembre 2012 - 16:22



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter