Entrée dans l'espace Schengen: la Roumanie commence à se vexer

Froissée par le refus systématique de certains pays européens de l'accepter dans l'espace de libre circulation, la Roumanie jette l'éponge. Le Premier ministre roumain, Victor Ponta, a déclaré que la question de l'entrée de son pays dans l'espace Schengen ne serait plus une priorité si elle est de nouveau repoussée par les ministres européens de l'Intérieur, en milieu de semaine prochaine.



Entrée dans l'espace Schengen: la Roumanie commence à se vexer
Bucarest et Sofia commencent à être fâchées. Selon l'accord d'adhésion de la Roumanie et de la Bulgarie a l'Union Europeenne, les deux pays auraient dû rejoindre l'espace Schengen fin 2010. A l'époque plusieurs pays de l'Europe occidentale avait dit non. La raison officielle : les progrès insuffisants dans la lutte contre la corruption, ce qui risquait de rendre leurs frontières perméables.

Cette raison n'a jamais été acceptée en Roumanie et en Bulgarie. La Roumanie estime que ses frontières sont beaucoup plus sûres que celles d'autres pays, d'autant que c'est une sociéte franco-allemande, EADS, qui a pris en charge la sécurisation des frontières roumaines.

La crainte d'un afflux de Bulgares et de Roumains

Aujourd'hui, les deux pays montrent du doigt les dirigeants politiques européens. Selon les autorités roumaines, les pays occidentaux s'opposent a l'entrée de Bucarest et de Sofia dans Schengen craignant l'arrivée d'une vague de Roumains et de Bulgares.

Une crainte infondée, estime-t-on à Bucarest car aujourd'hui déja, les Roumains et les Bulgares peuvent circuler librement dans d'autres pays européens, munis d'une simple carte d'identité.


Dépêche RFI



Dimanche 3 Mars 2013 - 13:38




1.Posté par ALEXANDRE STARK le 03/03/2013 15:56
Twitter

2.Posté par Mausner le 04/03/2013 07:27
Ravis, les roumains, de nous envoyer leur roms. On est fondé à se demander si il n'y a pas complicité entre Bucarest et les associations "humanitaires" qui œuvrent à l'établissement et au succès de la pègre rom en France. Tous y gagnent.
les Français seuls y perdent...

3.Posté par BEAUSSIER le 05/03/2013 15:32
On voit que vous ne connaissez ni la Roumanie ni les Roumains !. Ce sont des gens accueillants et chaleureux mais la pauvreté gangrène le pays et oblige certains à aller chercher ailleurs une autre raison de vivre.
L'ancien gouvernement de Basescu a baissé les retraites et les salaires de 15 à 40 % : pourriez-vous vivre avec seulement 50 ou 250 € par mois dans un pays où la vie est aussi chère qu'en France ?
Et si le gouvernement français dès 1990 avait pris un arrêté "Anti-mendicité" il n'y aurait jamais eu d'arrivée massive de Roms en France et en Europe... et le fait de leur donner de l'argent pour repartir chez eux n'est pas fait pour arranger les choses.
Il est vrai que les Roumains n'aiment pas trop leurs concitoyens "roms" mais est-ce que nous nous aimons nos gens du voyage ???
L'UE a donné déjà beaucoup d'argent à l'ancien gouvernement de Basescu : qu'en a-t-il fait ? sinon le distribuer à des fins électorales... à ses amis du parti soit disant démocrate. Et que fait-il maintenant ? Il essaie par tous les coups bas et moyens pas très démocratiques de ternir l'image du premier ministre afin de récupérer le pouvoir... En Roumanie chacun dit que c'est un nouveau Ceaucescu : le pouvoir lui est monté à la tête !

4.Posté par Mausner le 05/03/2013 20:09
La situation de la Roumanie, aussi pénible soit-elle, n'implique pas que nous ayons a en subir le conséquences. Les anciennes républiques d'Europe de l'est se délestent avec satisfaction de leurs population indésirables, à notre détriment. Tous les pseudo-"humanistes", mus par des motivations douteuses, qui favorisent l'implantation de ces tribus sur le territoire nuisent à leur concitoyens, créant une nouvelle "communauté" (les "roms de Françe"! la nouvelle locution à la mode chez les bobos...), ingérable, inintégrable, un poids supplémentaire que beaucoup de Français ne veulent pas supporter, ne vous déplaise. Polacks, ritals, portugais, eux venait en France pour travailler et construire. Les roms viennent exercer leur mentalité de parasites, ils ne créent rien, ils n'amènent rien de positif. Ils prennent, sans avoir jamais contribué à quoi que ce soit. et ils ne sont pas "10000" ou "15000", non, en cumulant seulement les effectifs dans les grandes villes, on arrive à bien plus. Ici à Nantes il en arrive de nouveaux chaque semaine. A trop vouloir forcer et avilir le pays, le rejet sera d'autant plus violent un jour ou l'autre. Et ce que l'état ne fait pas, les citoyens le feront...

5.Posté par BEAUSSIER le 06/03/2013 10:06
Je suis entièrement d'accord avec vous en ce qui concerne les associations "humanitaires" : elles oublient trop souvent que les roms n'ont qu'un droit de séjour de 3 mois sur notre territoire étant considérés comme touristes, sans droit de travailler et encore moins à mon avis le droit de mendier puisque toute personne séjournant dans un pays en qualité de touriste doit avoir assez d'argent pour subvenir à ses besoins. Il en est ainsi en Amérique, au Canada et en Europe... : passé cette limite l'individu est considéré en situation irrégulière et c'est ce que ne veulent pas "comprendre" les associations... C'est pourquoi je redis que si nous avions appliqué dès le début de l'invasion roms la loi anti-mendicité nous n'en serions pas là. Ces roms ont appliqué chez nous ce qu'ils font chez eux : la mendicité. Tous les Roumains vous le diront.
Bien que séjournant très souvent en Roumanie je n'ai jamais donné ici le moindre centime à une personne rom car je sais que trop souvent elle est exploitée par des "clans mafieux" pratiquant le vol et la prostitution (c'est connu). j'ai vu en Roumanie des palais construits grâce à cet argent et j'y ai vu aussi des roms au volant de maserati et de ferrari mais j'y ai vu aussi beaucoup de roms vivant dans le dénuement le plus total...sans travail, sans logement et donc sans argent : alors je comprends pourquoi ils viennent chercher chez nous ce qu'on leur retire chez eux... Pour exemple :
Dernièrement l'ancien premier ministre de Basescu, Emile Boc, maire de Cluj-Napoca vient d'expulser des familles entières de roms d'un certain quartier sans leur redonner le moindre toit et le maire de Baïa Mare en fait autant : A votre avis les droits de l'homme sont-ils respectés ??

Je ne crois pas que les anciennes républiques d'europe se délestent... mais laissent faire à notre détriment j'en conviens aussi, tout en percevant de l'argent de l'UE, surtout la Roumanie à qui on a déjà donné des millions pour les roms

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter