Envoi de soldats en Arabie Saoudite : le leader de l’UCS Abdoulaye Baldé appelle à la concertation

Le leader de l’ Union Centriste du Sénégal (UCS) Abdoulaye Baldé prône pour une large concertation. Selon lui, il faut que la classe politique les chefs religieux et la société civile soient impliquées avant qu’une telle décision ne soit prise.



Le leader de l’UCS appelle à de large concertation. Pour Abdoulaye Baldé, le Président Macky Sall doit avoir l’avis des acteurs politiques, des chefs religieux de la société civile avant de prendre une telle décision.

L’ancien ministre des forces armées estime que nos forces militaires doivent être préparées avant d’aller en Arabie Saoudite. « En tant que ancien ministre des forces armées, je pense que quand on va dans une guerre ou dans un conflit comme ça, il faut d’abord l’examiner, voir les causes du conflit, voir quelles sont les forces en présences. Et analyser la nature du conflit », a conseillé l’ancien ministre des forces armées.

Abdoulaye Baldé, dans son analyse, explique : « l’analyse que j’en fais si j’étais chef d’Etat, j’allais d’abord avant de prendre une décision aussi importante. C’est vrai que c’est le chef suprême des armées, le Président de la République, le gardien de la constitution, comme le dit les autres. Mais il faut d’abord avoir de la concertation pour une décision aussi importante. Et qui pourrait avoir des répercussions  peut être un peu sur le morale de nos troupes, sur le moral de façon général au niveau de la nation, on ne le souhaite pas s’il arrive des dégâts au niveau de nos forces ».

Selon lui, la classe politique les chefs religieux et la société civile doivent être impliquées. « Moi j’aurais préféré que le président de la République avant de prendre une décision, doit appeler d’abord tous les acteurs politiques, concerter avec eux, leur dire quel est son point de vu, pour que chacun donne son avis. Appeler les leaders d’opinion et les chefs religieux pour une concertation avant de prendre une décision aussi importante. Mais le la décision est prise, il faut le voir. Par conséquent il faudrait que tout le monde prie. Le théâtre des opérations n’est pas pareil. La nature de la guerre ce n’est pas une guerre conventionnelle. Sont des terroristes des rebelles qui ne vont pas utiliser les lois internationales pour combattre. Tous ces paramètres doivent être pris en charge. La rigueur du climat, le terrain dans le quel vont évoluer nos soldats, tout cela est important », rapporte la Rfm.  


Dimanche 10 Mai 2015 - 10:20



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter