Equipe nationale du Sénégal: Amara Traoré note les Lions un à un

Le sélectionneur de l'équipe nationale du Sénégal, Amara Traoré a accepté de se consacrer à un exercice pas du tout aisé. D'autant plus qu'il consiste à juger ses joueurs. Dans le document qu'il a remis à Sud Quotidien, “Mamar“ passe au crible, les 23 “Lions“ retenus en perspective de la Coupe d'Afrique des nations prévue du 21 janvier au 12 février prochain au Gabon et en Guinée-Equatoriale. De Sa Ndiambour qui n'est autre que Khadim Ndiaye qu'il qualifie de “l'Homme sans souci“ au “TVG“ surnom donné à Issiar Dia en passant par Jacques Doudou Faty : «L'imam », Abdou Kader Mangane : «El commandante», Moussa Sow : «Le Foutanke de Mantes La Jolie», Rémi Gomis : “Boy Ndiago“ alias Iniesta. Tout y passe.



Equipe nationale du Sénégal: Amara Traoré note les Lions un à un
Khadim Ndiaye Sa Ndiambour : «L'homme sans souci ».

C'est la joie de vivre, l'homme que rien n'arrête. Son esprit de groupe et son sens prononcé de l'humour font de lui un excellent partenaire. Ce grand danseur raffole de tiebou dieun penda mbaye. Bonne marge de progression

Bouna Coundoul :
«L'Américain»

Ce dernier prend la vie toujours du bon côté. Mister «all right, allllllllll right», avec un niveau intellectuel impressionnant, est un coéquipier disponible et engagé pour la bonne cause. Rassure par son implication

Pape Latyr Ndiaye :
«boy lébou»

L'homme des défis, serein dans la vie, gagneur sur le terrain, il s'est bonifié et grâce à son expérience a su insuffler ce comportement à ses partenaires en club.

Omar Daf :
«L'inoxydable »

Le «sage» avec un comportement modèle développe une grande capacité d'analyse dans le jeu, son mental cité en exemple, il reste plus que jamais le trait d'union entre deux générations.

Jacques Doudou Faty :
«L'imam »

L'homme qui, par ses prêches, fait l'unanimité devant ses camarades. Modèle de droiture, sa grande expérience apporte beaucoup au groupe sur le terrain et en dehors.

Souleymane Diawara :
«L'homme aux gants noirs»

L'enfant de Gabou, terreur des attaquants, s'est toujours mis au service de l'équipe. D'une générosité débordante, “le Sapeur“ sait toujours profiter de la vie. A son entrée dans la tanière, le 1er mot appris en wolof n'est pas recommandé à prononcer. Rires

Pape Malickou Diakhaté :
«Le pionnier»

(Dem ba diekh) fait la différence par son engagement sans faille. Il ne rechigne pas à la tache. Polyvalent dans le jeu, il reste encore une valeur sûre de la tanière. Modèle de professionnalisme.

Abdou Kader Mangane :
«El commandante»
Le régulateur, le stratège qui a toujours cru au travail bien fait. D'une constance dans l'effort et d'une rigueur pointilleuse, il sait pousser un groupe vers la performance, il développe un esprit de famille en se basant sur les valeurs dégagées par le coach. Bon Relais !

Bayal Sall :
«Le déménageur»

Joueur polyvalent, l'Insulaire, a toujours su attendre son heure. Il doit poursuivre sa progression. Il reste un pur produit du football local. Son ouverture d'esprit contribue beaucoup à la bonne dynamique du groupe.

Lamine Sané :
«Le Fembe»

Le diola a réussi son retour aux sources. Il s'éclate au sein du groupe et, comme ses camarades, adore la cuisine sénégalaise. Travailleur, défenseur rugueux. Bonne marge de progression grâce à sa polyvalence.

Cheikh Sidy Bouya Mbengue :
“Le khalife général“

Boy Derkhlé, généreux dans l'effort, est l'exemple type du latéral moderne. Son apport offensif dans le jeu aide beaucoup ses partenaires. Chérif aime aussi le mbalakh (musique sénégalaise, Ndlr).

Armand Traoré :
“Boy Bambara“

Joueur très polyvalent, bon danseur de youza, il aime revenir au pays des ancêtres et surtout visiter Saint-Louis, terre d'exploits de son défunt père, qui a toujours rêvé voir son fils jouer pour son pays. Très technique (défensivement et offensivement)

Nguirane Ndaw :
«Le chirurgien»

Le grand rescapé. Le porteur d'eau. Son habileté au milieu reste décisive. Sa combativité, son jeu long et surtout les coups de pied arrêtés font de lui un bon partenaire.

Rémi Gomis :
“Boy Ndiago“ alias Iniesta

Grand pourvoyeur, son sens technico-tactique donne plus de solutions à ses partenaires. Très taquin, il est choyé par ses Co-équipiers.

Mohamed Diamé :
«Le Socé» Diamé Djilanka
(maitre de l'eau).

Actif au milieu, il rend le jeu fluide. Boy Socé récupère beaucoup de ballons dans les pieds de l'adversaire. Il est capable de s'incruster vite vers l'avant. Son sourire narquois en fait un chambreur masqué.

Ndiaye Deme Ndiaye :
“Le fils de la banlieue“ (chineur)

Sa précision sur balle arrêtée, a souvent débloqué des situations. Le gaucher magique peut encore accroitre son rayonnement avec plus de caractère.

Souleymane Camara
«Le Bilal»

Petit Jules a grandi. Co-équipier modèle aux qualités morales irréprochables, il a su rebondir grâce à sa patience. Homme de consensus, il sait fédérer tout le monde autour des bonnes causes. Plein de roublardise. Le Gerd Müller sénégalais

Mamadou Niang
«Le B52». L'enfant de Thiemping

Le capitaine du navire, grand sapeur comme son jumeau, s'est toujours évertué à battre le record de buts de son coach Amara. Très motivé et joueur de rupture, il restera toujours éternel Compétiteur. L'équipe a besoin de son expérience pour son investissement.

Papis Demba Cissé :

«L'enfant du Pakao»

Le capitaine des «Chine boys» (grands amateurs de thé dans la tanière) a besoin de ses «3 normaux» pour se sublimer dans les surfaces de réparation. Il a l'instinct du buteur. Un garçon très professionnel.

Dame Ndoye :
«Le Scandinave»

Très altruiste, Dame le Branché, reste une valeur sûre dans notre organisation. Son sens du placement et son jeu sans ballon donne plus de possibilités au plan offensif. Il a une épouse qui le coach bien.

Demba Ba :
«Le Hal Pular»

Grand muezzin dans la tanière. Fouineur et très inspiré dans les surfaces. Attaquant puissant, technique, altruiste et inventeur de buts. Le longiligne attaquant des Lions continuera à régaler les mordus de football. Il faut lui souhaiter beaucoup de santé.

Moussa Sow :
«Le Foutanke de Mantes La Jolie»

Pieux et introverti, il se met toujours au service du groupe. «Monsieur But», le gagneur ne cesse de contester les décisions de Fergusarr -surnom donné à Abdoulaye Sarr, Ndlr - qui joue les arbitres à l'entrainement pendant les oppositions. C'est un compétiteur dans l'âme. Son souci du détail prouve son Professionnalisme. Beaucoup de Générosité.

Issiar Dia :
«Le TGV»

Dribble, feinte, accélération, sa pointe de vitesse fait souvent trembler tout une ligne défensive. Très chahuteur au sein du groupe, il a ouvert l'arrivée de la new génération qu'il a convaincue. Toujours dans l'attente de son avocat suite à une décision du « tribunal de l'encadrement technique» il nourrit beaucoup d'ambition pour son pays.
Abdoulaye THIAM (Sud quotidien)


Jeudi 5 Janvier 2012 - 12:19



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter