Escroquerie: Ce que risque le chef de service financier du ministère de l’Hydraulique

Le chef de service administratif et financier du ministère de l’Hydraulique et de l’Assainissement, A. Ndiaye encourt deux (2) ans de prison ferme pour "escroquerie, faux et usage de faux en écritures publiques". Il a été attrait, ce mercredi devant la barre du tribunal de Grande instance de Dakar. Il sera fixé sur son sort le 23 décembre prochain.



A Ndiaye a été attrait ce mercredi à la barre du tribunal de Grande instance de Dakar pour les chefs d’inculpation "d’escroquerie et de faux et usage de faux en écritures publiques". Il risque deux (2) ans de prison ferme.
 
En effet,  l’Etat du Sénégal et une agence internationale avaient signé un protocole d’accord d’un cout de plus de 6 milliards de F CFA  pour  la construction de toilettes dans certains établissements publics. Le ministre de l’Hydraulique et  de l’Assainissement, représentant l’Etat dans cette affaire, avait délégué ses pouvoirs au Directeur de l’investissement dudit département. Lequel avait en charge de piloter cette affaire.
 
 En sa qualité de gestionnaire de dépenses et de la caisse d’avance, une somme  52 millions de F CFA a été mis à la disposition du prévenu qui a profité de son statut pour  escroquer des gens en leur promettant  de leur faire bénéficier des marchés.
 
C’est sur ces entrefaites qu’il a réclamé à la partie civile plus de 3 millions pou lui faire bénéficier deux marchés dont l’un est de 24,9 millions de F CFA et l’autre 28,87 millions de F CFA. La partie civil versa les sommes réclamées en espérant gagner des marchées.
 
Après avoir versée ladite somme au prévenu, il est allé quelques jours plus tard à la Direction des Impôts et Domaines pour l’enregistrement du contrat qu’il avait paraphé avec le mis en cause qui, après déferrement au parquet, a été placé sous mandat de dépôt.
 
A la barre, le prévenu a nié les faits qui lui sont reprochés en déclarant n’avoir reçu de la partie civile seulement 2,4 millions de F CFA. L’Agent judiciaire de l’Etat a sollicité 50 millions de F CFA en guise de dommages et intérêts.
 
A l’en croire, ce procès n’est que la partie visible de l’iceberg. «C’est une  véritable entreprise d’escrocs qui a été montée », a-t-il constaté avant de révéler que le mis en cause a signé plus de 600 faux contrats en faisant savoir aux prestataires que c’est avec sa caisse d’avance qu’il va gérer les marchés.

Le représentant du parquet a requis 2 ans de prison ferme et une amende de 1 millions de F CFA contre le prévenu. Selon «Libération», le sort d’A. Ndiaye sera scellé le 23 prochain. 


Jeudi 22 Décembre 2016 - 09:50



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter