Escroquerie et usurpation de fonction: Un ex-agent de la SENELEC écope 2 ans de prison ferme

L’ancien contrôleur technique de la SENELEC, Mamadou Mbaye, est déclaré coupable des faits d’escroquerie et d’usurpation de fonction, hier au tribunal des flagrants délits. Il a écopé d’une peine de deux (2) ans de prison dont un (1) mois ferme.



Au courant de l’année 2013, Mamadou Mbaye effectuait des visites consistant à réclamer des sommes d’argent alors qu’il ne travaillait plus à la SENELEC. Un jour il s’est rendu chez une famille où il a trouvé une pauvre femme. Il lui a fait savoir que son compteur indiquait qu’il y’a du vol d’électricité. Et qu’il était près à laisser passer à condition qu’elle lui remette 60.000 F CFA. La femme s’est aussitôt appliquée.

Mamadou Mbaye est revenu et est tombé cette fois-ci sur le fils aîné de la dame. Ce dernier l’a reconnu et a appelé sa mère pour lui demander si c’est le même individu qui avait réclamé le forfait. Celle-ci avait répondu par l’affirmative. C’est après qu’ils ont remarqué que Mamadou Mbaye n’est pas un agent de la SENELEC. Il est licencié depuis 2013. Récidiviste, il a été condamné à une peine ferme en 2015 pour les mêmes faits. Mais, il n’a rien appris de son séjour carcéral.

En effet, le prévenu a fait trois (3) passages chez une de ses victimes, relate "Libération". La première fois, il a réclamé 40.000 F CFA et la deuxième fois 20 000. Ce, pour ne pas dénoncer la dame à la police pour vol d’électricité. C’est à la troisième tentative que la dame a retrouvé louche cette affaire sachant qu’elle n’a rien volé. Ainsi, elle a avisé la police. Devant le prétoire, l’ancien agent de la SENELEC a nié les faits.

Le ministère public a qualifié les faits de constants avant de requérir deux (2) ans de prison ferme contre le prévenu. Quant à l’avocat de la défense, il a rejoint le procureur sur la qualification des faits et implore la clémence d’une application bienveillante de la loi. Rendant sa sentence, le juge lui a infligé une peine ferme.  


Jeudi 12 Mai 2016 - 09:49



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter