Etablissemnts publics : ces mauvais payeurs assis sur 13 milliards de F CFA du fisc

Les hôpitaux, universités, centres des œuvres universitaires, des écoles et instituts… traînent une lourde ardoise auprès des Impôts. En témoigne le rapport d’exécution budgétaire des établissements publics des agences et structures administratives similaires ou assimilés, au 31 mars 2016 que vient de publier la Direction du secteur parapublic qui dépend de la Direction général de la comptabilité publique et du trésor.



La dette des établissements publics de santé est arrêtée à la date du 31 mars 2016 à 18 430 103 361 F C FA. Elle  est composée d’une dette aux fournisseurs d’un montant de 4 244 827 338 F CFA, d’une dette fiscale s’élevant à 8 556 325 287 F CFA et d’une dette sociale arrêtée à 5 628 950 736 F CFA. L’hôpital principal de Dakar (HPD) ainsi que l’hôpital général de Grand Yoff (Hoggy) concentre l’essentiel du passif fiscal avec respectivement  4,145 milliards de F CFA, et 3,356 milliards de F CFA.

En effet, les crédits ouverts en faveurs des Hoggy pour l’année 2016 s’élèvent à 7 396 361 506 F CFA dont les 89% sont réservés au fonctionnement, soit 6 582 761 740 F CFA. Les crédits d’investissements sont fixés à 813 361 506 F CFA ou 11% des prévisions totales.

Les créances de l’administration fiscale sur Hoggy sont arrêtées à 3 356 319 555 F CFA à la date de 31 mars 2016. Elles constituent la moitié (50,5%) de la dette globale de l’Eps qui s’élève à 6 646 460 372 F CFA. Pour le centre hospitalier national Fann, le budget  est arrêté à 5 744 200 000 F CFA dont les transferts attendus de l’Etat représentent 20,6% pour un montant de 1 183 565 000 F CFA.

Au titre de l’exercice 2016, le budget de l’hôpital Aristide le Dantec (HALD) est arrêté à 9 645 778 580 F CFA dont les 31,77% sont constitués de subventions de l’Etat attendues pour un montant de 3 0 64 549 294  F CFA. Cette situation dans les hôpitaux est presque similaire à celle des universités, centres d’œuvres universitaire, etc.

 La dette cumulée des entités se chiffre à 11 691 050 501 F CFA au terme  du premier trimestre 2016. Elle est composée d’une dette fiscale  de 4 971 881 383 F CFA, d’une dette  sociale de 1 301 072 026 F CFA et d’une dette fournisseur de 5 418 097 092 F CFA. Le budget de l’Université Cheikh Anta Dop de Dakar par exemple est arrêté à 30 717 726 249 F CFA pour la gestion de 2016. Le fonctionnement absorbe 98,07% de ces crédits, soit 30 123 351 566 F CFA alors que le financement des investissements est projeté à 594 374683 F CFA, soit 1,93% du budget global, rapporte « Libération ». 


Mercredi 29 Juin 2016 - 08:19



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter