Etats-Unis: Trump a-t-il révélé aux Russes des informations classifiées?

Le Washington Post rapporte que Donald Trump a révélé des informations classées secret défense à ses interlocuteurs russes la semaine dernière. Le président des Etats-Unis recevait le ministre russe des Affaires étrangères Serguei Lavrov, accompagné de l’ambassadeur Kislyak et de plusieurs collaborateurs dans le bureau ovale, au lendemain du limogeage du directeur du FBI James Comey.



Etats-Unis: Trump a-t-il révélé aux Russes des informations classifiées?
D’après le Washington Post, Donald Trump a donné à ses interlocuteurs russes des informations sur des opérations en cours, en Irak et en Syrie. Le souci est que ces renseignements classifiés ont été fournis aux Américains par un pays allié qui n’a pas donné à Washington la permission de les partager, même pas avec les autres membres de la coalition, et encore moins les Russes tant les détails sont sensibles.

On imagine l’affolement des conseillers américains dans le bureau ovale en entendant le président se vanter d’avoir de très bons renseignements et de les décrire à ses invités russes, ravis. Toujours d’après le journal, l’un des conseillers a immédiatement appelé la CIA et la NSA pour les informer de la situation.

Le compte rendu de la réunion a été expurgé.

Comment ces détails se retrouvent-ils dans le Washington Post ? Ces fuites qui vont provoquer la fureur du président, sont sans doute l’œuvre de lanceurs d’alerte. Ils sont manifestement nombreux au sein des agences à douter de la légitimité d’un président des Etats-Unis qui ne semble pas avoir pris la mesure de ses fonctions, alors que son équipe est sous enquête pour une éventuelle collusion avec la Russie.

La Maison Blanche dément

La Maison Blanche a pour sa part démenti ces informations. « L'histoire publiée ce soir est fausse », a déclaré à des journalistes le général H.R. McMaster, conseiller à la sécurité nationale, précisant que des menaces communes aux deux pays, notamment liées à l'aviation, avaient été évoquées lors de l'entretien. « Aucune source de renseignement, ni méthode, n'a été évoquée à aucun moment, et aucune opération militaire n'a été divulguée, qui n'était pas déjà connue publiquement, a-t-il ajouté. J'étais dans la pièce. Ça n'est pas arrivé ».

Le secrétaire d'Etat, Rex Tillerson, a quant à lui déclaré dans un communiqué que la rencontre avait porté pour l'essentiel sur la lutte antiterroriste, tandis que l'adjointe au conseiller à la sécurité intérieure, Dina Powell, a jugé « faux » l'article du Post. « Pendant ces échanges, la nature des menaces spécifiques a été discutée, mais ils n'ont pas discuté de sources, de méthodes ou d'opérations militaires », a réagi Rex Tillerson.

Mais cette posture est loin d'être partagée par toute la classe politique, y compris dans le camp de Donald Trump. « Si c'est vrai, c'est évidemment troublant », a réagi le sénateur républicain John McCain sur CNN. « Nous n'avons aucun moyen de savoir ce qui a été dit mais la protection des secrets de notre nation est cruciale », a de son côté déclaré Doug Andres, porte-parole de Paul Ryan, président républicain de la Chambre des représentants. Ce dernier « espère une explication complète des faits de la part de l'administration », a-t-il ajouté.

Côté démocrate, on demande déjà des explications sur ces révélations. « Le président doit au monde du renseignement, aux Américains et au Congrès une explication détaillée », a lancé Chuck Schumer, chef de file des démocrates au Sénat.
 
RFI
 

Ousmane Demba Kane

Mardi 16 Mai 2017 - 09:12



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter