Etats-Unis: avec un «Non», la Cour suprême dit «Oui» au mariage gay

La loi définissant le mariage comme une union uniquement entre un homme et une femme, adoptée en 1996, a été jugée anticonstitutionnelle par la Cour suprême, car elle violait le 5e amendement en portant atteinte à la liberté des personnes. La seconde décision devrait permettre à la Californie de pouvoir recommencer à délivrer des certificats de mariage aux couples gays. Comme il fallait s’y attendre, ces deux décisions ont provoqué des réactions fort différentes : applaudies par les progressistes, elles ont été dénoncées par les conservateurs.



Etats-Unis: avec un «Non», la Cour suprême dit «Oui» au mariage gay

En 1996, le Congrès avait adopté une loi définissant le mariage comme une union uniquement entre un homme et une femme, et Bill Clinton l’avait promulguée. Barack Obama, pendant longtemps, a été d’accord avec l’esprit de la loi. Et puis l’an dernier, il a changé d’avis et il a souhaité que la loi soit abrogée. Une lesbienne légalement mariée dans l’Etat de New York, l’un des 12 Etats où le mariage gay est légal, avait dû payer près de 400 000 dollars de droits de succession à la mort de sa conjointe. Si elle avait épousé un homme, elle n’aurait eu aucun impôt à payer. Elle s’est donc tournée vers la Cour suprême.

Celle-ci, mercredi 26 juin, par 5 voix contre 4, a estimé que la loi de 1996 était anticonstitutionnelle, car elle violait le 5e amendement en portant atteinte à la liberté des personnes. Cela veut dire que tous les couples homosexuels et lesbiens mariés dans les Etats où le mariage est reconnu pourront bénéficier des mêmes avantages sociaux que les couples hétérosexuels : déclaration d’impôts commune, retraite, couverture médicale etc. Mais pour ceux qui vivent dans les 38 Etats qui ne reconnaissent pas le mariage gay, il n’y a pas de changement.

En ce qui concerne la seconde décision, elle devrait permettre à la Californie de pouvoir recommencer à délivrer des certificats de mariage aux couples gays.

Barack Obama se félicite

Parmi les premiers à se réjouir de l’abrogation de la loi fédérale sur le mariage qui excluait les couples homosexuels et lesbiens, Barack Obama qui a appris la nouvelle alors qu’il était en route pour le Sénégal. Dans un communiqué, il déclare : « La Cour suprême a corrigé une injustice et notre pays ne s’en portera que mieux. » Depuis Air Force One, le président Obama a félicité par téléphone le couple de Californiennes qui étaient parmi les plaignantes, et qui vont maintenant pouvoir se marier.

L’avocat David Boeis qui a plaidé devant les 9 juges en faveur du mariage pour tous, a résumé le sentiment des milliers de supporters qui se pressaient devant la Cour. « C’est un jour magnifique pour l’Amérique, s'est-il enthousiasmé, car nous avons maintenant franchi un pas important pour garantir la promesse de notre Constitution et de notre Déclaration d’indépendance, à savoir que tous les Américains sont créés égaux et que tous ont le droit inaliénable à la vie, la liberté et la poursuite du bonheur. »

« La Cour suprême ne s’est pas encore élevée au niveau de Dieu »

Du côté des conservateurs et de la droite chrétienne en revanche, c’est la consternation. Pour la représentante Michelle Bachman, l’ancienne candidate à la présidence et ex-star du Tea Party, la Cour a attaqué l’une des fondations de la société, le mariage. « C’est quelque chose que Dieu a créé et que lui seul peut définir a-t-elle déclaré. La Cour suprême, même si elle le pense, ne s’est pas encore élevée au niveau de Dieu. »

Les conservateurs ne sont pas prêts à baisser les bras, et sont bien décidés à continuer le combat dans les 38 Etats où le mariage gay n’est toujours pas reconnu comme légal.


Rfi.fr

Jeudi 27 Juin 2013 - 10:47



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter