Eurobasket : La France en quête d'un doublé historique

Tenants du titre, les Bleus de Tony Parker se présentent en favoris du championnat d'Europe de basket qui se déroulera du 5 au 20 septembre dans quatre pays, dont la France. Attention néanmoins à l'Espagne et à la Serbie, ainsi qu'à quelques outsiders qui peuvent créer la surprise.



Le championnat d’Europe de basket a déjà été organisé par un pays africain, l’Égypte, en 1949 (jusqu’à la création du Championnat d’Afrique en 1962, l’Égypte disputait la compétition européenne, ndlr). Mais jamais, depuis sa création en 1935, il ne s’était disputé dans plusieurs pays simultanément. Une première qui fait suite à la décision, en juin 2014, de la FIBA Europe de retirer à l’Ukraine, désignée en 2011, l’organisation de la compétition en raison de la crise politique traversée par le pays.

Avec Rio en point de mire

Deux mois plus tard et après un appel à candidatures, l’Allemagne, la Croatie, la Lettonie et la France ont été choisies pour co-organiser l’événement. Les trois premiers accueillent chacun les matches de la poule dans laquelle se trouve leur équipe tandis que la France accueille à la fois les rencontres de son groupe, à Montpellier (Arena), et les phases finales, à Lille (stade Pierre-Mauroy).

L’Eurobasket 2015 revêt une importance particulière puisqu'il est qualificatif pour les Jeux olympiques de Rio, en 2016 au Brésil. Mais le challenge est de taille puisque seul le vainqueur de la compétition et le finaliste seront directement qualifiés. Les équipes classées entre la troisième et la sixième place participeront quant à elles à un tournoi de qualification olympique. Une façon de garantir l’engagement des équipes éliminées en quarts de finale lors des matches de classement. En 2011, c’est l’Espagne, championne d’Europe, et la France, finaliste, qui s’étaient directement qualifiés pour les JO de Londres.

Aucun pays organisateur n'a gagné l'Euro depuis 1993

 

L'Espagne de Pau Gasol sera, avec la Serbie, la principale rivale de la France à l'Euro.AFP PHOTO / GERARD JULIEN

 

Vainqueur de l’Euro 2013 en Slovénie, pour ce qui constitue aujourd’hui son unique titre, la France est favorite à sa propre succession. Tout autre résultat que l’or serait un échec. « Étant champions en titre, on ne peut pas avoir comme objectif de descendre d'une marche », a d’ailleurs avoué le capitaine des Bleus Boris Diaw. Mais la route sera longue pour les coéquipiers de Tony Parker, de retour après avoir manqué la Coupe du monde 2014 pour se reposer. D'autant plus que depuis 1993 et la victoire de l'Allemagne à Munich, aucun pays hôte n'est parvenu à devenir champion d'Europe.

Malgré huit victoires en dix matches de préparation, les hommes de Vincent Collet ne sont pas totalement prêts. « On a avancé mais pas encore suffisamment pour être au niveau escompté, a prévenu le sélectionneur. Il faut continuer à progresser sur les petites choses qui pourraient nous faire défaut. » Surtout, les Français devront affronter une concurrence féroce : L’Espagne, que la France a battue à l’Euro 2013 et au Mondial 2014, mais aussi la Serbie, qui avait arrêté les Bleus en demi-finales l’an dernier. Ces deux équipes ne devraient pas croiser le chemin de la France avant le dernier carré.

Des outsiders et un petit nouveau

Derrière le trio France-Espagne-Serbie, plusieurs équipes auront leur mot à dire et pourraient créer la surprise. En tête, la Lituanie, vice-championne d’Europe en titre et toujours présente dans les grands championnats. Sans oublier la Slovénie, qui se qualifie systématiquement pour les quarts de finale de l’Euro depuis dix ans, la Russie, championne d’Europe en 2007 et troisième en 2011, la Croatie, qui avait surpris tout le monde en terminant quatrième de l’Euro 2013, l’Allemagne de la star NBA Dirk Nowitzki, l'Italie et ses tireurs d'élite, ainsi que la Grèce, qui voudra se relever après deux dernières compétitions ratées.

Si ces équipes sont des habituées des grands événements, ce n’est pas le cas de l’Islande qui s’apprête à disputer sa première compétition internationale. Une première qui s’annonce compliquée pour les Islandais, tombés dans le groupe de la mort avec l’Espagne, la Serbie et l’Allemagne. A noter également la présence cette année de la Géorgie, qualifiée pour le troisième championnat d’Europe de son histoire, et des Pays-Bas, de retour à ce niveau après plus de 25 ans d’absence.

Des stars, des absents et des Américains

 

La légende vivante du basket, l'Allemand Dirk Nowitzki (à droite), ici au duel avec le Français Boris Diaw (à gauche)AFP PHOTO / PATRICK HERTZOG

 

Les États-Unis n’ont pas le monopole des stars. Les Européens ont aussi leur lot d’étoiles. La France d’abord, avec le meneur et quadruple champion NBA Tony Parker, son coéquipier aux San Antonio Spurs, l’ailier fort Boris Diaw, et l’ailier des Hornets de Charlotte Nicolas Batum. L’Espagne n’est pas en reste avec des joueurs hors-normes comme l’ailier fort des Chicago Bulls Nikola Mirotic, son coéquipier en NBA, le pivot Pau Gasol, et le très adroit ailier du Real Madrid Rudy Fernandez. Que dire des Serbes qui comptent dans leurs rangs deux des meilleurs joueurs européens, l’ailier des Timberwolves de Minnesota Nemanja Bjelica et le meneur du CSKA Moscou Milos Teodosic. Sans oublier l’arrière grec de l’Olympiakos Vassilis Spanoulis, qui ne rate jamais un shoot dans le money-time, l'arrière croate des Brooklyn Nets Bojan Bogdanović et l’ailier-fort allemand des Dallas Mavericks Dirk Nowitzki, légende vivante du basket mondial.

Plusieurs stars du basket européen manquent tout de même à l’appel. Parmi elles, le pivot des Bleus Joakim Noah, qui n’a plus porté le maillot de l’équipe de France depuis quatre ans. Autre pivot absent, l’Espagnol Marc Gasol. L’Espagne qui devra également se passer des services de deux de ses meneurs, Ricky Rubio, et Jose Calderon, ainsi que de l’arrière Juan Carlos Navarro. L’excellent meneur slovène du Miami Heat Goran Dragic a également déclaré forfait, tout comme le meilleur marqueur de l’Euro 2013, l’ailier fort bosnien Mirza Teletović, et le pivot russe Timofey Mozgov, coéquipier de LeBron James à Cleveland.

A noter que chaque équipe ayant le droit d'aligner un joueur naturalisé, plusieurs d’entre elles (Belgique, Géorgie, Israël, Pologne, République Tchèque, Finlande, Turquie, Ukraine, Croatie, Macédoine, Bosnie-Herzégovine) ont choisi de faire appel à des Américains qui seront onze à disputer l’Eurobasket 2015.


EUROBASKET 2015 : LE CALENDRIER

TOUR PRELIMINAIRE

Poule A : Bosnie, Finlande, France (hôte), Israël, Pologne, Russie (Matches à Montpellier)
Poule B : Allemagne (hôte), Espagne, Italie, Islande, Serbie, Turquie (Berlin)
Poule C : Croatie (hôte), Géorgie, Grèce, Macédoine, Pays-Bas, Slovénie (Zagreb)
Poule D : Belgique, Estonie, Lettonie (hôte), Lituanie, République tchèque, Ukraine (Riga)

5 septembre
Poule A : Pologne - Bosnie-Herzégovine ; Israël - Russie ; France - Finlande
Poule B : Allemagne - Islande ; Espagne - Serbie ; Italie - Turquie
Poule C : Géorgie - Pays-Bas ; Macédoine - Grèce ; Croatie - Slovénie
Poule D : République tchèque - Estonie ; Belgique - Lettonie ; Lituanie - Ukraine

6 septembre
Poule A : Russie - Pologne ; Finlande - Israël ; Bosnie-Herzégovine - France
Poule B : Serbie - Allemagne ; Islande - Italie ; Turquie - Espagne
Poule C : Pays-Bas - Macédoine ; Slovénie - Géorgie ; Grèce - Croatie
Poule D : Estonie - Belgique ; Lettonie - Lituanie ; Ukraine - République tchèque

7 septembre
Poule A : Finlande - Russie ; Israël - Bosnie-Herzégovine ; France - Pologne
Poule D : Lituanie - Belgique ; République tchèque - Lettonie ; Ukraine - Estonie

8 septembre
Poule B : Serbie - Islande ; Allemagne - Turquie ; Espagne - Italie
Poule C : Slovénie - Pays-Bas ; Géorgie - Grèce ; Croatie - Macédoine

9 septembre
Poule A : Bosnie-Herzégovine - Finlande ; Pologne - Israël ; Russie - France
Poule B : Turquie - Serbie ; Italie - Allemagne ; Islande - Espagne
Poule C : Grèce - Slovénie ; Macédoine - Géorgie ; Pays-Bas - Croatie
Poule D : Belgique - République tchèque ; Lettonie - Ukraine ; Estonie - Lituanie

10 septembre
Poule A : Finlande - Pologne ; Bosnie-Herzégovine - Russie ; Israël - France
Poule B : Serbie - Italie ; Allemagne - Espagne ; Turquie - Islande
Poule C : Slovénie - Macédoine ; Géorgie - Croatie ; Grèce - Pays-Bas
Poule D : Ukraine - Belgique ; Lettonie - Estonie ; République tchèque - Lituanie

HUITIEMES DE FINALE (Matches à Lille)

12 septembre
2e du groupe B - 3e du groupe A (match 61) ; 1er du groupe C - 4e du groupe D (62) ; 1er du groupe A - 4e du groupe B (63) ; 2e du groupe D - 3e du groupe C (64)

13 septembre
1er du groupe B - 4e du groupe A (65) ; 2e du groupe C - 3e du groupe D (66) ; 2e du groupe A - 3e du groupe B (67) ; 1er du groupe D - 4e du groupe C (68)
 

QUARTS DE FINALE

15 septembre
Vainqueur match 61 - vainqueur match 62 (69) ; Vainqueur match 63 - vainqueur match 64 (70)

16 septembre
Vainqueur match 65 - vainqueur match 66 (71) ; Vainqueur match 67 - vainqueur match 68 (72)

DEMI-FINALES

17 septembre
vainqueur match 69 - vainqueur match 70 (demi 1)

18 septembre
vainqueur match 71 - vainqueur match 72 (demi 2)

FINALES

20 septembre
Perdant demi 1-Perdant demi 2 (match pour la 3e place) ; Vainqueur demi 1-Vainqueur demi 2 (finale)


rfi

Samedi 5 Septembre 2015 - 01:53



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter