Eventuelle délocalisation de l’université verte de la banlieue: JAMRA et de MBAÑ GACCE briefe Al Amine qui se fâche



Eventuelle délocalisation de l’université verte de la banlieue: JAMRA et de MBAÑ GACCE briefe Al Amine qui se fâche
Les délégations des Bureaux exécutifs de JAMRA et de MBAÑ GACCE sont retournées, à l’occasion de la cérémonie du 8è jour du Rappel à Dieu du défunt Khalife, Cheikh Ahmed Tijane Al-Maktoum, dans la capitale du Tijanisme, toujours grouillante de fidèles, pour réitérer leurs condoléance au nouveau maître des lieux.

«Ayant appris la présence dans ses murs des responsables des deux organisations, le nouveau Khalife, Serigne Abdou Aziz Sy Al-Amine, a aussitôt enjoint à son responsable du protocole de donner le micro au chef de la délégation, Imam Massamba Diop. Celui-ci, après avoir sacrifié à la traditionnelle présentation de condoléances, a saisi l’opportunité pour informer le Khalife de l’état d’avancement du projet d’université verte de la banlieue, Cheikh Oumar Foutiyou Tall. Pour lequel un site de 6 ha a déjà été octroyé par l’Etat du Sénégal, assorti de la co-signature d’une convention avec le ministère de l’Environnement et de la réception en bonne et due forme d’une attestation de bail, délivrée par la direction des domaines», précise le communiqué parvenu à Pressafrik.com.

Imam Massamba Diop, en sa qualité de coordonnateur de ce projet d’université verte de la banlieue, signifia au Khalife «que depuis l’audience qu’il avait bien voulu accorder au Comité d’initiative, en compagnie des bailleurs, et en présence de Serigne Mbaye Sy Mansour, le 02 octobre dernier, à Tivaouane; et bien que le président Macky Sall eut exprimé à Al-Amine, dès lendemain, au Palais de la République, sa satisfaction de voir ce nouvel acquis de l’architecture éducationnelle de notre pays sortir de terre en pleine banlieue, ce projet achoppe toujours sur fixation de la date de pose de la première pierre, devant marquer le démarrage effectif des travaux».

«Et la conclusion, sur une note de pessimisme, que fit l’Imam Massamba Diop, révélant que les bailleurs, en raison des lourdeurs administratives de l’Etat du Sénégal pour la mise en œuvre de ce partenariat-public-privé, seraient en train d’examiner l’éventualité d’une délocalisation de ce projet au profit d’un pays de la sous-région (la Côte-d’Ivoire) a fait quasiment sortir le Khalife Al Amine de ses gonds : «Ce projet n’ira nulle part ! C’est ici, au Sénégal, qu’il sera construit, incha Allah», a-t-il martelé, devant un auditoire médusé, dont des membres de la communauté libanaise, ainsi que de l’Imam Ratib du Fouladou, El Hadji Abdoul Wahab Seydi, venus également en délégation présenter ses condoléances», poursuit le document.

JAMRA et de MBAÑ GACCE d’y rappeler «que la construction de cette université moderne, dont le financement (par joint-venture internationale) a déjà été bouclé, à hauteur de 23 milliards fcfa, et où des matières de pointe comme les énergies renouvelables (éoliennes et photovoltaïques) ainsi que les sciences du gaz et du pétrole occuperont une place de choix, est confiée à la firme de btp chinoise, «Shino-Hydro», qui a par ailleurs en charge nombre de chantiers étatiques dans la zone de Diamniadio. Et qui estime à 30 mois maximum la durée des travaux, avant de livrer clé-en-main la première université de la banlieue dakaroise, qui portera le nom de ce héros national, prestigieux érudit, qui a héroïquement combattu le polythéisme et l’armée coloniale française, avant de disparaitre mystérieusement dans les falaises de Bandiagara, en 1864, Cheikh Oumar Foutiyou Tall». 


Samedi 25 Mars 2017 - 12:07



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter