Evêques du Sénégal : Mgr Mamba remplace Mgr Benjamin à la tête du CINPEC,

Les Evêques du Sénégal ont fait face à la presse ce vendredi 29 mai 2015, à l’issue des travaux de leur deuxième session ordinaire de l’année pastorale 2014 – 2015, au Foyer de Charité du Cap des Biches. Faisant lecture du communiqué final, Mgr Benjamin Ndiaye, Président de la Conférence épiscopale a fait part de son remplacement à la tête de Comité Interdiocésain National des Pèlerinages Catholiques (CINPEC) et de la nomination de nouveaux responsables de certains services pastoraux au niveau national.



Evêques du Sénégal : Mgr Mamba remplace Mgr Benjamin à la tête du CINPEC,
Mgr Paul Mamba, Evêque du diocèse de Ziguinchor dirige désormais le CINPEC, en remplacement de Mgr Benjamin Ndiaye, Archevêque de Dakar qui a expliqué qu’il lui « est difficile de concilier ses nouvelles charges d'archevêque de Dakar avec celles du CINPEC ». Toujours sur le plan des commissions épiscopales, les Évêques ont procédé à un réaménagement. Ainsi Mgr Ernest Sambou, Évêque de Saint-Louis devient le nouveau Président de la Commission de l’Enseignement. Il a comme Vice-président Mgr Benjamin Ndiaye, Archevêque de Dakar qui assure également la présidence de la Commission de la Famille.

 
Les Evêques se sont choisi de nouveaux collaborateurs  qu’ils ont rencontrés à l’occasion de leur session du Cap des Biches. Il s’agit de quatre responsables nationaux de services pastoraux à qui les évêques ont donné des orientations pour l’accomplissement de leur mission : Abbé Joachim François Ndione du diocèse de Thiès : Directeur National des Œuvres Pontificales Missionnaires (OPM) pour le Sénégal et la Mauritanie; Abbé Alphonse Seck, de l’Archidiocèse de Dakar : Secrétaire général de Caritas Sénégal; Abbé Raymond Boucar Ndione, du diocèse de Thiès : Secrétaire national de la Catéchèse.
 

Par ailleurs, les Evêques du Sénégal n’ont pas manqué de lancer des appels « face à la crise scolaire et aux nombreuses perturbations qu’elle entraine dans notre pays » et la situation en Casamance. Ils appellent tous les acteurs de l’École Sénégalaise à la responsabilité et au sens du bien commun. « Le droit des enfants et des jeunes à une éducation de qualité doit être garanti par tous », ont-il soutenu. Enfin, bien qu’ils se réjouissent de l’accalmie qui prévaut en Casamance, ils lancent toutefois « un appel aux différents acteurs engagés dans le processus de recherche d’une paix définitive à avancer dans un dialogue franc, ouvert et constructif, pour un développement harmonieux de notre pays ».
Oficom


Samedi 30 Mai 2015 - 12:40



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter