Evra : «Lizarazu est le seul Bleu qui ne m'a pas serré la main»

L'arrière gauche des Bleus revient sur les hauts et les bas de sa carrière dans un entretien accordé à L'Equipe.



Patrice Evra n'avait plus accordé d'interview à L'Equipe depuis six ans. Ce samedi, l'arrière gauche s'est longuement confié au quotidien sportif. Un entretien «fleuve» dans lequel le Français s'est épanché sur plusieurs sujets, dont Knysna, cet «épisode» de la Coupe du monde 2010 durant lequel les joueurs de l'équipe de France - pour protester contre l'exclusion de Nicolas Anelka - avaient refusé de descendre du bus pour s'entraîner. Patrice Evra était alors le capitaine des Bleus, il a été désigné comme le premier responsable de cette irresponsabilité générale.
 
Mais l'actuel joueur de la Juventus Turin regrette désormais d'avoir agi de la sorte: «Si, en 2010, j'avais été guidé par cette fierté et que j'avais pensé à ma gueule, peut-être que cela ne se serait pas passé comme ça», indique-t-il à L'Equipe. Il précise: «J'ai été trop généreux. J'ai pris une décision du groupe sur mes épaules et, si j'avais davantage pensé à ma gueule, j'aurais peut-être dit: ‘'Attention aux répercussions.'' Et on n'aurait pas pris cette décision. Là, j'aurais dû être un vrai capitaine. Je ne l'ai pas été».
 
Cependant, l'arrière gauche est en désaccord avec Djibril Cissé, qui avait déclaré à propos de Knysna: «Le capitaine décide qu'on ne s'entraîne pas. Ça discute, certains ne veulent pas, mais on suit bêtement». «Il a dit ça? Si c'est vrai, j'en prends note, je l'appellerai. S'il a dit ça, je suis très, très, très déçu car je n'aime pas les menteurs», explique Patrice Evra.

Enervé contre Pierre Ménès après des propos relatifs à sa mère

L'arrière gauche de l'équipe de France est aussi revenu sur ses échanges musclés avec certains consultants de football, dont Pierre Ménès. Ce dernier avait déclaré, en octobre 2013, à propos de Patrice Evra: «Il serait prêt à vendre sa mère pour aller en équipe de France». Une déclaration que le joueur de football n'avait pas appréciée. Il avait notamment répondu: «Lui, le jour où il arrivera à faire huit jongles, j'arrête ma carrière». L'arrière gauche avait surtout mal pris la référence à sa mère. «Tu fais ce que tu veux avec moi mais ça, non. Ma mère a eu des pépins. Un jour, on m'appelle pour me dire qu'elle rentre à l'hôpital parce qu'elle a mal au ventre. Quand je suis arrivé, on l'avait amputée d'une jambe. Je ne blague pas avec ça», affirme-t-il à L'Equipe.
 
Il précise qu'il n'a «jamais eu de problème avec» Bixente Lizarazu, qui selon L'Equipe, ne prononçait jamais le nom de Patrice Evra sur TF1. «Quand je suis arrivé en bleu, c'est le seul qui ne m'a pas serré la main. D'ailleurs, il a menti en racontant qu'on n'avait jamais été sélectionnés ensemble. On avait été appelés avant le match amical contre le Brésil en 2004», précise-t-il à propos de sa relation avec l'ex-arrière gauche du Bayern Munich.

Il plaide pour le retour de Benzema et de Valbuena chez les Bleus

Forcément, dans cet entretien où tous les sujets, même les plus sensibles, ont été abordés, Patrice Evra s'est exprimé sur l'affaire de la sextape de Mathieu Valbuena, dans laquelle Karim Benzema est actuellement cité. Si le joueur de la Juventus Turin ne souhaite pas prendre parti - «Je ne connais pas l'histoire. Je ne juge pas. L'affaire est toujours en cours. Je ne prendrai parti pour personne» - il plaide en revanche pour un retour des deux joueurs en équipe de France: «Comme je l'ai déjà dit, c'est se tirer deux balles dans le pied s'ils ne sont pas avec nous à l'Euro. Mais j'ai confiance dans le groupe et on fera avec ou sans eux», indique-t-il.
 
L'ancien capitaine des Bleus est cependant conscient que les choix qui seront pris pourront susciter des polémiques. «Il faudra l'assumer. C'est un choix à faire. Soyons sincère: est-ce que tout le monde assumera la pression médiatique? C'est la seule question. Moi, j'assumerai. Mais le boss, c'est le coach. Et le président. Ils prendront la décision qu'il faut», conclut-il.

Khadim FALL

Samedi 9 Avril 2016 - 12:28



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter