Ex-Procureur spécial, Alioune Ndao : Les arrestations de trop

Il ressort que le bras armé de la traque des biens dits mal acquis voulait procéder aux arrestations d’anciens dignitaires libéraux. A l’instar de Me Madické Niang, Abdoulaye Diop et Ndella Wade…Le Haut Commandant de la gendarmerie nationale et Directeur de la Justice militaire a immédiatement saisi le Président Sall. Ce, après avoir pris connaissance du compte rendu de la hiérarchie des gendarmes de la Section de Recherches (SR).



Après Karim, Tahibou Ndiaye et Abdoulaye Baldé, le procureur spécial voulait passer à une autre vitesse dans le cadre de la traque des biens dits mal acquis. C’est ainsi que l’ordre est donné  à la Section de Recherches (SR) de procéder aux arrestations d’anciens dignitaires libéraux comme Me Madické Niang non moins conseil de Karim et ancien ministre des Affaires étrangères, Abdoulaye Diop, ancien ministre de l’Economie et des Finances, Ndella Wade, épouse de Mbaye Ndiaye, ancien Directeur Général des Aéroports du Sénégal (ADS),…


Pas du tout convaincu par les arguments, le Commandant de la SR d’alerter à travers une correspondance estampillée « Urgent », le Haut Commandant qui saisit le Chef de l’Etat. La réaction du Président Sall ne tarde pas. Il limoge Alioune Ndao que l’attitude de la SR n’a pas du tout plu. D’où l’échange de propos durs entre les gendarmes et le parquet. Qu’en est-il de la tutelle, ministre de la Justice dans l’affaire ? Selon « l’Observateur », ce dernier aurait une dent contre le prédécesseur d’Alioune Ndao.


Me Sidiki Kaba mis à l’écart par le parquet dans la traque, l’ex-Procureur spécial a même mis le coude sur la lettre écrite par le Garde des Sceaux lui ordonnant d’accorder la liberté provisoire à Bibo Bourgi dans le procès de Karim. Ce, alors que l’ordre venait du Président de la République, lui-même. 


Mercredi 12 Novembre 2014 - 11:05



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter