Exaspérés par les actes qu'ils posent : Les ténors du Pds lâcheront-ils Karim Wade ?

En tenant des réunions sans nombre de barons du Pds et en recevant en audience des militants de banlieue, Karim Wade irrite ses frères de parti. Ces derniers qui pensent visiblement à la guerre de succession à la tête de la formation libérale risque de lui tourner dans le dos…



Exaspérés par les actes qu'ils posent : Les ténors du Pds lâcheront-ils Karim Wade ?
 

Karim Wade, le fils de l’ex-président de la République du Sénégal est-il en train de compromettre l’élan de soutien et de solidarité que son audition a suscité chez les ténors du Parti démocratique sénégalais (Pds) ? On est tenté de donner une réponse affirmative eu égard aux actes posés par l’ancien ministre des infrastructures, des transports aériens, de la coopération internationale et de l’énergie.
Karim Wade a reçu hier une délégation de chefs de quartier de la banlieue dakaroise. Ce derniers étaient venus lui manifester leur « soutien » pour les épreuves qu’il est en train de subir avec ses convocations à la section recherche de la Gendarmerie.
Les personnes qui s’occupent de sa communication renseignent également que l’ancien ministre de la « terre et du ciel » a reçu une délégation de conseillers municipaux de la coalition Bennoo Siggil Sénégal. Se voulant plus précis, les services de communication de l’ex-ministre ont publié ce jeudi une liste de 12 conseillers municipaux. Karim Wade aurait aussi tenu des réunions avec quelques ténors du Pds sans avertir d’autres grosses pointures de la formation libérale.
Nombre d’observateurs du terrain politique sénégalais voient dans la démarche du fils de Wade une volonté de trôner à la tête du Pds. Et pour cause, son audition intervient dans un contexte marqué par une course pour le contrôle de la direction du Pds après la défaite du président Wade le 25 mars. Même si beaucoup de ténors du Pds évitent pour le moment d’afficher leurs ambitions d’être secrétaire général du Pds, il est évident qu’ils suivent de très près tout acte pouvant aider un prétendant à prendre une avance sur eux.
Au rythme où vont les tractations, les souteneurs de Karim Wade veulent visiblement présenter leur mentor comme étant un « martyrs ». Le statut de martyrs est bénéfique pour un acteur politique sénégalais. Sorti de prison à la veille de la présidentielle de 2007, Idrissa Seck est sorti deuxième lors du scrutin devant, Moustapha Niasse, Ousmane Tanor Dieng et d’autres acteurs de la vie politique sénégalais. Après avoir été débarqué de la présidence de l’Assemblée nationale, Macky Sall a bénéficié de la sympathie des Sénégalais qui se sont mobilisés pour l’élire à la tête du Sénégal.
C’est pourquoi, les ténors du Pds semblent afficher leur exaspération face aux actes que le fils de Wade pose. L’    ancien Premier ministre, Souleymane Ndéné Ndiaye a exprimé son désaccord avec ses frères de parti qui se sont réunis à leur insu chez Me Madické NIANG. Il s’agit de Me Niang, Omar Sarr, Karim Wade, Abdoulaye Baldé et Elhadj Amadou Sall. A travers les colonnes du journal le quotidien, Me Souleymane Ndéné NDIAYE avance qu’ « il est choqué par cette démarche. Tout indique qu’il y a des choses à cacher parce qu’ils se sont réunis à l’insu du parti. Ils ne veulent pas que nous sachions ce qu’ils se sont dits. Je ne peux pas m’engager à défendre des gens qui me cachent des choses ». Et en bon avocat, il rappelle que « la responsabilité pénale est individuelle et je m’interdis de porter le combat des autres ».  D’autres libéraux de grande envergure sont en phase avec le maire de Guinguéneo. Ils ne manqueront visiblement pas d’exprimer leur colère à travers un boycott de la manifestation que le Pds envisage d’organiser le 06 décembre prochain.
 
 
 


Jeudi 29 Novembre 2012 - 15:42



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter