Exclusif : Les doléances de Youssou Ndour à Obasanjo

Comme l’ont fait la plupart des candidats à la présidentielle et certains mouvements nationaux, le président du Mouvement Féké maci bolé a aussi fait un tour chez l’émissaire de l’Union Européenne (UE) et de la CEDEAO, Olusegun Obasanjo. Un entretien au cours duquel Youssou Ndour et l’ancien président nigérian ont abordé un certain nombre de points sur la situation actuelle du pays.



Exclusif : Les doléances de Youssou Ndour à Obasanjo
C’est ce jeudi, aux environs de 18 heures 30 que celui dont la candidature a été désapprouvée par le Conseil Constitutionnel est sorti de son face à face avec Olusegun Obasanjo dans un hôtel de la place. Devant une forte présence de la presse internationale, Youssou Ndour s’est confié. « Comme tout le monde, j’ai aussi jugé nécessaire de venir m’entretenir avec Obasanjo parce que si je ne le fais pas, les gens pourront avoir des inquiétudes, surtout par rapport à ma blessure », précise-t-il.
 
Face à Obasanjo, l’artiste planétaire n’a pas mâché ses mots. « On a vu Obansajo et on a clairement parlé avec lui. Cette mission qu’il est en train de mener n’est pas seulement pour le compte de l’Afrique ou de la CEDEAO, mais pour lui également car en tant qu’ancien président et acteur influent dans le monde, la réussite de cette mission sera aussi un honneur pour lui », a-t-il rapporté.
 
Un autre aspect qui ne pouvait manquer d’être abordé dans ce tête à tête est la candidature controversée d’Abdoulaye Wade. « Je lui ai clairement fait savoir qu’Abdoulaye Wade ne peut pas participer à cette élection. Je lui ai également fait savoir que même si on invalide sa candidature, je ne revendiquerai jamais mon intégration pour la présidentielle, mais pour les autres élections à venir je serai partant. Il a bien reçu le message », poursuit Youssou Ndour.
 
Un autre point que le président de Féké maci bolé n’a pas oublié de porter à la connaissance de l’ancien chef de l’Etat nigérian constitue la publication récente de sondages par les partisans du candidat des FAL 2012. « j’ai déploré devant lui la publication de sondages qui est pourtant strictement interdit dans ce pays et que le pouvoir en place est allé effectuer à l’étranger pour prédire sa victoire au premier tour alors que les gens l’ont déjà vomi », relate Youssou Ndour qui précise avoir œuvré pour l’intérêt du peuple et non pour son propre  intérêt.
 
 


Jeudi 23 Février 2012 - 23:12



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter